Cours Stage - La notion de puissance et ses évolutions
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Répondre aux questions suivantes.

 


Tu as obtenu le score de


Question 1

Sur quels penseurs s’appuie-t-on pour définir la puissance ?

Serge Sur et Raymond Aron.

Bertrand Badie et Joseph Nye.

Christopher Walker et Jessica Ludwig.

C’est à Serge Sur et à Raymond Aron que nous devons les travaux les plus importants du XXe siècle sur la définition de la puissance. En effet, Sur s’appuie sur l’ouvrage de Aron (Paix et Guerre entre les Nations), pour définir la puissance comme « capacité de faire, de faire faire, d’empêcher de faire et de refuser de faire ». Il sera aussi très bien vu de retenir la définition originale de Raymond Aron caractérisant le pouvoir comme « la capacité d’une unité politique d’imposer sa volonté aux autres ou la capacité d’une unité de ne pas se laisser imposer la volonté des autres ».

Les autres auteurs étudiés ici permettent de détailler et de donner les caractéristiques de la puissance. 

Question 2

Selon l’école réaliste des relations internationales, quelle est la seule entité qui détient le pouvoir ?

Les États.

Les Organisations Non Gouvernementales (ONG).

Les groupes sociaux. 

Question 3

Hard power et soft power s'opposent-ils ?

Oui

Non

Non. C'est une idée fondamentale qu'il faut garder à l'esprit. Il faut retenir qu'il y a une double dynamique de la puissance qui repose sur une méthode "hard" et une méthode "soft". C'est pourquoi Joseph Nye parle de frontières "poreuses" entre les deux notions.

Question 4

La culture est une caractéristique :

Du hard power.

Du soft power.

Question 5

L’école libérale (ou transnationale) insiste sur :

L'hégémonie étatique.

L'interdépendance des acteurs.

Le hard power.

L’école libérale insiste surtout sur l’interdépendance des acteurs internationaux. Ils prennent en compte le fait que le soft power n’est pas uniquement aux mains des États mais dans de nombreuses autres entités (ONG ; Firmes transnationales, médias, etc.).