Cours Stage - La maîtrise des voies de communication

Exercice - Les « nouvelles routes de la soie »

L'énoncé

Document : Carte du projet chinois des « nouvelles routes de la soie »

 

Source : Agnès Stienne, Le Monde diplomatique, septembre 2017.

 


Question 1

D’après la carte, jusqu’où s’entendent les « nouvelles routes de la soie » ?

Les « nouvelles routes de la soie » ne s’arrêtent pas simplement aux pays membres de l’Organisation de Coopération de Shanghai, ou de l’Union économique eurasiatique desquelles la Chine fait partie. Les « nouvelles routes de la soie » traversent l'Europe et s’étendent jusqu’à Madrid en Espagne, et longent la façade Est de l’Afrique, du canal de Suez en Egypte jusqu’à Mombasa au Kenya.

S’arrêtent-t-elles aux intégrations régionales dont la Chine est membre ?

Question 2

Quels sont les types de routes et d’infrastructures prévues par le projet des « nouvelles routes de la soie » ?

La carte montre que les routes ne sont pas seulement terrestres. La Chine a ainsi investi également très largement dans des infrastructures portuaires, en particulier sur la côte Est de l’Afrique, afin d’établir des routes et des relais maritimes.

De plus, le projet BRI est économiquement motivé en partie par la recherche par la Chine d’approvisionnements énergétiques : on constate alors un certain nombre de pipelines installées au Kazakhstan et vers l’Iran.

Les nouvelles routes sont-elles seulement terrestres ?

Question 3

Le projet « Belt and Road Initiative » (BRI) ou des « nouvelles routes de la soie », a été annoncé en 2013 par le Président Xi Jinping à Astana, au Kazakhstan. Pourquoi dans ce pays selon-vous ?

Le Kazakhstan est tout d’abord un vaste pays au centre de l’Asie, et constitue donc un endroit stratégique par sa position géographique pour débuter le projet BRI. Mais le Kazakhstan est également un pays particulièrement important pour la Chine du fait de ses grandes richesses en hydrocarbures et en uranium. La croissance de l’économie chinoise oblige le pays à chercher de nouveaux pays d’approvisionnement pour ses besoins en énergie.

On remarque en effet sur la carte que les « nouvelles routes de la soie » ne sont pas seulement des routes pour les hommes et les marchandises, mais intègrent un réseau important de pipelines qui acheminent gaz et pétrole depuis le Kazakhstan jusqu’à Urumqi en Chine.

Regardez sur la carte le réseau de pipelines (conduits destinés à acheminer le pétrole et le gaz).


Le Kazakhstan est un pays riche en énergies primaires : 2e rang mondial pour ses réserves d’uranium (utilisé pour faire de l’électricité), 8e en charbon, 12e en pétrole. Il possède également d’importantes réserves de gaz.

Question 4

Pourquoi, d’après vos connaissances, l’Union européenne semble-t-elle être la destination principale vers laquelle se déploient les "nouvelles routes de la soie" ?

Les « nouvelles routes de la soie » sont motivées par des objectifs culturels et idéologiques, qui se déploient notamment vers l’Europe où les Etats sont plutôt méfiants de la Chine. Mais l'intérêt privilégié de la Chine pour l'Europe répond avant tout aux motivations économiques du projet BRI.

Ainsi, l’Europe est tout d’abord un marché important du fait des niveaux de vie élevés des populations pour les exportations de produits manufacturés en Chine. L'Europe est également une source d’approvisionnement importante en électricité, très demandée par la Chine.

C'est pourquoi la Chine multiplie les routes - terrestres, maritimes, ferrées - vers l'Europe.