Cours Stage - L'Union européenne et la démocratie

Exercice - Les citoyens perdent confiance en l'Union européenne

L'énoncé

Document 1 : Les citoyens perdent confiance en l'Union européenne

"Depuis 1985, les opinions publiques ont évolué de manière contrastée vis-à-vis de l'Union européenne. Plusieurs indicateurs révèlent ainsi que l'UE a été majoritairement perçue comme bénéfique jusqu'au printemps 1991, date à laquelle le maximum a été atteint (plus de 70% d'opinions positives à l'égard de l'appartenance de son pays à l'UE, près de 60% d'opinions positives à l'égard du bénéfice retiré par son pays de l'appartenance). Ce sentiment a diminué jusqu'en 1997 (peut-être en raison des débats sur le traité de Maastricht), pour remonter ensuite partiellement jusqu'en 2007.

Depuis l'éclatement de la crise, et encore plus en 2011 et 2012, les attitudes favorables à l'Union européenne sont en déclin, pour atteindre à l'automne 2012 un niveau historiquement bas. Selon Daniel Debomy, cette évolution est allée de pair avec une tendance croissante à anticiper une détérioration de la situation économique.

Ainsi, à l'automne 2012, 57% des citoyens européens sondés n'ont pas confiance en l'UE (33% ont confiance). Mais cette opinion est encore plus prononcée vis-à-vis du gouvernement national (68% n'ont pas confiance, 27% ont confiance). 29% des sondés ont une image négative de l'UE, tandis que 52% estiment qu'elle va dans la mauvaise direction (contre 23 % à l'automne 2007)." 

Notre Europe, 2013

 

Document 2 : Taux de participations aux élections européennes

Capture_d’écran_2019-08-04_à_21.05.48

Toute l'Europe.fr 


Question 1

Après avoir observé ces documents, et à l'aide de vos connaissances, répondre à la question suivante :

Quels sont les motifs de l'euroscepticisme et comment peut-il se traduire ?

Depuis les années 1980, l'Union européenne suscite de plus en plus de critiques. Les récentes élections de 2019 l'ont montré. Le document 1 est une étude issue de l'Institut Notre Europe qui s'interroge sur la progression du sentiment de défiance vis-à-vis de l'Europe. Le propos de ce document repose sur le fait que, de nos jours, un peu plus de la moitié des citoyens européens n'ont pas confiance dans l'Europe. Comme le souligne le document, à la suite de la crise de 2008, le pic de défiance est atteint (57 %).

Les critiques à l'égard de l'Union sont doubles. D'abord, on critique son manque de démocratie. Plusieurs instances décisionnaires importantes (Le Conseil de l'Europe, la Commission, la Cour de Justice), ne sont pas élues. Même si le Parlement gagne du pouvoir au fil des décennies, il a peu l'initiative des lois. De plus, une large partie du fonctionnement de l'Europe subit une pression plus ou moins forte des groupes d'intérêts (aussi appelés les lobbies). Ceux-ci tâchent d'orienter les décisions européennes en leurs faveurs. 

Ce mécontentement ce traduit dans les faits par deux manifestations. La première réside dans la baisse constante du nombre de participants aux élections européennes. Comme le montre le document 2, le taux de participation n'a cessé de baisser depuis 1979. En 1999, moins de la moitié de la population en Europe participait aux élections. En 2014, ce chiffre atteignait même 42 %. Le document 2 ne présente pas le taux de participation des élections de 2019. Celui était nettement en hausse, à plus de 50 %. Or, et c'est là la deuxième manifestation, on voit apparaître une montée des partis eurosceptiques à travers l'Europe. De fait, de plus en plus de partis qui sont contre l'Europe et son projet gagnent des sièges au Parlement.

A partir de quel événement économique le pic de défiance à l'encontre de l'UE est-il atteint ?


Que peut-on dire du manque de démocratie de l'UE et des lobbies ?