Cours Stage - Dérive des continents et ondes sismiques

Exercice - Synthèse sur les lithosphères océaniques et continentales

L'énoncé

Rédiger une synthèse à partir de la question suivante.

 


Question 1

Comparer les lithosphères océaniques et continentales. En quoi cela permet de valider une partie de la théorie de Wegener ?

Votre synthèse s’accompagnera d’un schéma établi sur le modèle du document de référence, complété par la partie lithosphère continentale.

I. Comparaison des lithosphères continentales et océaniques

 

A. Méthode de comparaison

Grâce à la sismique réfraction, on pourra délimiter les différentes enveloppes terrestres : croûte, manteau, noyau.

Pour la lithosphère océanique, on pourra aussi avoir recours à des observations sous-marines, à des forages et à l'observation des roches ophiolitiques dans une chaîne de montagnes.

Pour la lithosphère continentale, on peut procéder à l’observation d’affleurements et à des forages pour regrouper les roches d'une région.

 

B. Études sismiques et pétrographiques comparées

La croûte océanique est formée de basaltes et de gabbros tandis que la lithosphère continentale comprend 3 grands types de roches : sédimentaires (grès, calcaire), magmatiques (granite, andésite) et métamorphiques (schiste, marbre).

L’épaisseur de la lithosphère océanique est faible d’environ 6 à 7 km seulement contre 30 à 70 km en moyenne pour la lithosphère continentale.

On observe donc un contraste géologique à partir de la différence d’altitude entre continent et océan. Les études sismiques et pétrographiques permettent de distinguer :
- une croûte océanique essentiellement formée de basalte et de gabbro,
- une croûte continentale constituée entre autres de granite. La croûte repose sur le manteau, constitué de péridotite.

3a128bb54039faa737fd06eaee85ce2281933dc6.png  

 

II. Une validation en partie de la théorie de Wegener

 

A. Deux croutes de nature différente existent bien

L’observation et les études pétrographiques confirment l’idée d’Alfred Wegener selon laquelle la différence d’altitude moyenne des continents (+100 m) et des océans (-4500 m) pouvait s’expliquer par l’existence de deux croûtes de nature différente.

 

B. Une certaine intuition des mouvements horizontaux

La théorie de la dérive des continents de Wegener supposait bien des mouvements horizontaux.

En revanche, ces mouvements ne sont pas crées par le flottement des plaques continentales sur les océans. Cette théorie avait été réfutée par l’analyse des ondes sismiques qui mettaient en lumière le fait que la Terre est solide et rigide jusqu’à une profondeur de 2 900 km.

Le plan peut s'articuler comme suit :

I. Comparaison des lithosphères continentales et océaniques

II. Une validation en partie de la théorie de Wegener