Cours Stage - Propagation et mesures d'hygiène

Exercice - Effets des antibiotiques sur des agents pathogènes

L'énoncé

On cherche à étudier les effets des antibiotiques sur divers agents pathogènes pouvant contaminer le corps humain. Pour ce faire, on cultive dans des milieux favorables à leur développement des bactéries Streptococcus pneumoniae responsables de la pneumonie et des virus de la famille des Orthomyxoviridae responsables de la grippe. On ajoute un antibiotique dans les milieux de culture 2 et 4 (document).

 

Document : Étude de l'action d'un antibiotique pour la bactérie Streptococcus pneumoniae et le virus de la grippe

2efa34a37f0ab44d11a8f7dbcd5bd0be420e413c.png


Question 1

Rappeler les deux types de transmission des agents pathogènes. Comment se transmettent le virus de la grippe et la bactérie de la pneumonie ?

Les deux types de transmission des agents pathogènes sont la transmission directe et la transmission vectorielle. Le virus de la grippe et la bactérie de la pneumonie se transmettent par transmission directe : le virus de la grippe via les sécrétions nasales et le virus de la pneumonie via l'air ambiant (éventuellement les sécrétions si l'on tousse). 

Question 2

Comment appelle-t-on l'ensemble des méthodes qui permettent de mieux connaître un agent pathogène et de s'en défendre ? Citer les deux types de protection et un exemple pour chacune.

On appelle cela la prophylaxie. Dans la prophylaxie, on a la protection individuelle et la protection collective. Pour la protection individuelle, on peut citer la protection contre les piqûres de moustique ou le port du préservatif pour protéger de la transmission du VIH. Pour la protection collective, on peut donner les campagnes de prévention ou d'éradication de certains vecteurs comme les moustiques. Le vaccin est à la fois une protection individuelle et collective.

Question 3

Décrire et interpréter le document.

Le document présente quatre graphiques du nombre de microorganismes en fonction du temps : deux pour la bactérie de la pneumonie et deux pour le virus de la grippe. En milieu 1, sans antibiotique, le nombre de bactéries augmentent de 1 à 10000 UA en 4 jours environ jusqu'à atteindre un pallier (leur nombre n'augmente plus). En milieu 2, avec antibiotique, le nombre de bactéries de la pneumonie diminue en quelques heures et passe de 100 000 à 1000 UA. L'antibiotique est donc mortel pour les bactéries car leur nombre diminue : il tue Streptococcus pneumoniae.

Pour le virus de la grippe, on observe une même variation pour les milieux 3 et 4 avec un plateau vers 100 000 UA. L'antibiotique n'a donc aucun effet sur le virus de la grippe. L'antibiotique est donc efficace pour tuer la bactérie de la pneumonie mais pas le virus de la grippe. On peut supposer que l'antibiotique est efficace pour les bactéries pathogènes mais pas pour les virus (on ne peut ici que faire une hypothèse car il faudrait une expérience sur toutes les bactéries et virus ou des informations complémentaires pour déclarer la proposition comme vraie)

Question 4

On rappelle que de nombreux microorganismes sont présents dans le microbiote humain. Escherichia Coli est une bactérie constituant notre intestin et essentiellement pour le bon fonctionnement de celui-ci. Lorsqu'on la met en culture dans les mêmes milieux 1 et 2, les résultats observés sont identiques à ce qui a été observé pour la bactérie Streptococcus pneumoniae. Expliquer l'impact sur l'organisme de l'antibiotique et ses limites.

L'antibiotique a pour effet de tuer les bactéries pathogènes mais également celles qui ne le sont pas ! La prise de l'antibiotique peut donc impacter le fonctionnement du système digestif par exemple dans le cas d'Escherichia Coli par exemple. Il est donc important de prendre un antibiotique dans un cas qui le nécessite (comme la pneumonie par exemple) mais de ne pas en faire une utilisation automatique pour éviter cela.

Question 5

Plus de la moitié des angines sont d’origine virale, les autres sont d’origine bactérienne et peuvent entraîner des complications. Un test rapide permet de trancher sur l’origine de l’infection. Justifier l’intérêt de ce test pour le choix du traitement.

Ce test est intéressant pour identifier si l'angine est dû à la contamination par un virus ou à la contamination par une bactérie. Cela permet de mieux orienter un diagnostic pour administrer au patient des antibiotiques si l'angine est d'origine bactérienne ou proposer un vaccin s'il existe si l'angine est d'origine virale. Comme on l'a vu, si le médecin prescrit des antibiotiques au patient alors que l'angine est d'origine virale, cela n'aura aucun effet sur le virus et peut même impacter les bactéries du microbiote.