Cours Stage - La classification du vivant
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Cocher la ou les bonnes réponses pour vérifier ses connaissances sur la classification du vivant. 


Tu as obtenu le score de


Question 1

Qu'est-ce qu'une espèce ? 

Une espèce désigne un groupe d'individus qui se ressemblent.

Une espèce désigne un groupe d'individus qui se ressemblent : ils partagent un même ensemble de gènes. Certaines espèces sont génétiquement proches et se ressemblent (les corbeaux et les corneilles par exemple). 

Une espèce désigne un groupe d'individus tous strictement identiques. 

Une espèce désigne un groupe d'individus qui peuvent se reproduire mais dont la descendance n'est pas fertile. 

Une espèce désigne un groupe d'individus qui peuvent se reproduire et dont la descendance est fertile. 

Ces individus peuvent se reproduire. Des individus d'espèces différentes peuvent parfois se reproduire si ces espèces sont génétiquement proches (par exemple le cheval et l'âne, ou encore le tigre et le lion) mais dans ce cas leur descendance n'est pas fertile. Il est donc important de préciser que la descendance d'individus de la même espèce est fertile. 

Plusieurs réponses sont justes : cocher toutes les affirmations qui permettent de définir la notion d'espèce. 

Question 2

Quels sont les buts de la classification du vivant ? 

Classer le vivant y met de l'ordre et facilite ainsi l'identification de nouvelles espèces. 

Classer le vivant permet d'y mettre de l'ordre et facilite ainsi l'identification de nouvelles espèces. Cela permet également de mieux répertorier la biodiversité dont nous faisons partie, car cela nous oblige à l'observer et constater que tous les insectes ne se ressemblent pas, qu'il existe différentes espèces de mousses et de cloportes par exemple. Classer le vivant implique également de regrouper ensemble des individus qui se ressemblent et qui sont donc dans la majorité des cas, plus étroitement apparentés entre eux qu'avec le reste du vivant.

Classer le vivant permet de mieux répertorier la biodiversité dont nous faisons partie. 

Classer le vivant permet de regrouper ensemble les individus qui se ressemblent et qui sont donc dans la majorité des cas, plus étroitement apparentés entre eux qu'avec le reste du vivant. 

Classer le vivant permet de retracer l'histoire évolutive des espèces. 

Classer ensemble des individus uniquement selon des traits qu'ils partagent ne permet pas de retracer cette histoire évolutive : par exemple les oiseaux et les chauve-souris partagent le fait d'avoir des ailes mais les oiseaux sont plus proches des crocodiles que des chauve-souris et les chauve-souris sont plus proches des humains que des oiseaux ! Il est important de faire appel à la génétique pour clarifier ces liens. Les classifications basées sur l'évolution sont souvent remises à jour au fur et à mesure que les techniques d'analyse évoluent. 

Plusieurs réponses sont possibles. Se remémorer la méthodologie employée pour classer le vivant : cela oblige à l'observer, à identifier ses particularités, à créer des regroupements.. 

Question 3

Parmi les propositions suivantes, lesquelles correspondent à des regroupements cohérents des espèces qui suivent ?

crocodile du Nil, pigeon biset, mante religieuse, mésange bleue, lézard des murailles, lièvre, chat

Le crocodile du Nil, le pigeon biset, la mésange bleue, le lézard des murailles, le lièvre et le chat. 

On peut regrouper ensemble le crocodile du Nil, le pigeon biset, la mésange bleue, le lézard des murailles, le lièvre et le chat ; contrairement à la mante religieuse, ils possèdent tous un squelette interne composé d'os, et ce critère permet de les regrouper. 

Le lièvre, la mésange bleue, le chat.

Le lièvre, la mésange bleue et le chat ne peuvent pas être regroupés sur un critère qui n'inclurait pas les autres espèces de la liste.

Le pigeon biset, la mésange bleue. 

On peut également regrouper le pigeon biset et la mésange bleue. Contrairement à la mante religieuse, au crocodile du Nil, au lézard des murailles, au lièvre et au chat, ils possèdent des plumes, des ailes, un bec : l'un de ces trois critères permet de les regrouper ensemble. 

Le crocodile du nil, le lézard des murailles, le lièvre, le chat.

On peut enfin regrouper ensemble le crocodile du Nil, le lézard des murailles, le lièvre, le chat : ils possèdent contrairement à la mésange bleue et au pigeon biset une mâchoire dentée. Ce critère permet de les rassembler. 

Pour chacun des regroupements proposés, essayer de trouver un attribut que partagent les espèces regroupées, que les autres espèces de la liste ne possèdent pas. 


Si un tel attribut n'existe pas, la liste n'est pas bonne. 

Par exemple, on ne peut pas regrouper la mante religieuse et le pigeon biset en disant que tous deux possèdent au moins une paire de pattes, car c'est également le cas des autres espèces. 

Question 4

Comment procéder pour réaliser une classification emboîtée ? 

On crée d'abord une liste d'attributs, chaque attribut correspond à une boîte et on range les espèces dans ces différentes boîtes selon qu'elles possèdent ou non l'attribut en question. 

Si l'on effectue d'abord une liste d'attributs sans regarder la liste d'espèces, on se retrouve in fine avec des boîtes qui ne sont pas rangées les unes dans les autres, et avec des espèces qui sont dans plusieurs boîtes en même temps. On risque aussi de se retrouver avec des espèces qu'on ne peut ranger nulle part si elles ne possèdent aucun des attributs auxquels on a pensé. 

On regarde d'abord les attributs des espèces à classer: chaque attribut correspond à une boîte, et on recherche les attributs que le plus d'espèces partagent pour les ranger au fur et à mesure dans des boîtes de plus en plus petites incluses les unes dans les autres. 

Pour réaliser une classification emboîtée d'une liste d'espèces, on regarde d'abord les attributs que possèdent ces espèces. Chaque attribut correspond à une boîte. On essaye toujours de regrouper un maximum d'individu dans une boîte. En appliquant cette méthodologie à chaque niveau, on se retrouve in fine avec de grandes boîtes rangées les unes dans les autres et la lecture de cette classification permet, pour une espèce donnée, d'en connaître tous les attributs d'un coup d'oeil. 

Choisir l'explication la plus cohérente pour parvenir à une classification emboîtée réussie. 

Question 5

Dans une classification emboîtée, des espèces qui se trouvent dans une même boîte : 

Partagent moins d'attribut entre elles qu'avec les espèces rangées dans d'autres boîtes.

Partagent uniquement les attributs qui définissent la boîte en question. 

Partagent les attributs de la boîte en question et de tous les autres caractérisant les boîtes dans laquelle cette boîte est rangée. 

Dans une classification emboîtée, des espèces qui se trouvent dans une même boîte partagent les attributs de la boîte en question et de tous les autres caractérisant les boîtes dans laquelle cette boîte est rangée, et sont généralement plus apparentées entre elles qu'avec les espèces rangées dans les autres boîtes.

Sont généralement plus apparentées entre elles qu'avec les espèces rangées dans les autres boîtes. 

Se représenter une classification emboîtée : pourquoi a-t-on rangé ensemble deux espèces ? Est-ce en général dû au hasard que deux espèces se ressemblent beaucoup ?