Cours Stage - Transformations de l'action collective

Exercice - Les transformations de l'action collective

L'énoncé

L'évolution des répertoires d'action politique en France de 1600 à nos jours

repertoires2

Tableau réalisé à partir de Charles Tilly, La France conteste. De 1600 à nos jours, Fayard, 1986 et Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, 2015.


Question 1

Présenter le document.

Ce document est un tableau récapitulatif, intitulé "L'évolution des répertoires d'action politique en France de 1600 à nos jours", réalisé à partir de deux livres : La France conteste. De 1600 à nos jours, de Charles Tilly, publié en 1986 aux éditions Fayard et Sociologie des mouvements sociaux, d'Erik Neveu, publié aux éditions La Découverte en 2015.

Ce tableau présente les caractéristiques de trois répertoires différents d'action politique : le modèle local-patronné, qui a dominé avant le milieu du XIXe siècle, le modèle national-autonome, qui s'est imposé entre 1850 et 1980, et le modèle transnational-solidariste, qui a cours depuis les années 1980.

Question 2

repertoires3

repertoires3

Question 3

A partir du tableau corrigé de la question précédente, rédiger une description du modèle "transnational-solidariste".

Le répertoire d'action collective dit "transnational-solidariste" est le répertoire d'action collective dominant depuis les années 1980. Les intérêts défendus sont principalement des intérêts universels et techniques, comme l'environnement ou la lutte contre la mondialisation néolibérale. On parle d'intérêts post-matérialistes. Le modèle "transnational-solidariste" est marqué par des actions d'ONG et d'associations transnationales qui refusent les récupérations politiques et se montrent réticentes à la déléguation politique. Elles préfèrent les forums ou les actions de désobéissance civile marqués par une égalité de tous. Elles formulent ainsi des revendications précises, marquées par un militantisme d'expertise et un rôle accru du droit et des médias. On parle de manifestation "de papier" : les actions sont souvent portées par peu d'individus, soit devant les tribunaux, soit dans des actions médiatiques et spectaculaires. Le cadre de la protestation est dual : la réflexion et les revendications sont globales, mais les actions sont souvent localisées. Cela se manifeste par des actions peu ou non violentes.

Question 4

Comparer les modèles local-patronné et national-autonome.

Les modèles local-patronné et national-autonome sont des répertoires d'action collective qui se succèdent dans l'histoire.

Le modèle local-patronné est marqué par la défense d'intérêts locaux et spécifiques de villages, communautés, corporations locales. Au contraire, avec le modèle national-autonome qui s'épanouit dans un contexte d'affirmation de l'Etat-nation, des intérêts variés et nationaux sont exprimés par des groupements divers nationaux. Alors que ces revendications sont portées localement sur les lieux de l'injustice dans le modèle local-patronné, les revendications nationales-autonomes sont portées au niveau national, devant les lieux du pouvoir.

Le modèle local-patronné tient son nom du recours au soutien de puissants "patrons", des notables locaux (nobles ou prêtres) qui s'allient aux plaignants pour les appuyer contre l'autorité supérieure ou centrale. Au contraire, dans le modèle national-autonome, les organisations s'émancipent et s'organisent indépendamment dans une logique de lutte des classes. Toute autorité établie est rejetée.

Le modèle local-patronné s'exprime dans un contexte non-démocratique. Aussi, les revendications sont codées et portées de manière détournées lors de fêtes locales autorisées. Au contraire, le modèle national-autonome est lié à l'affirmation des Etats-nations démocratiques : les associations fixent donc leur propre calendrier en organisant leur mobilisation, et peuvent porter des revendications explicites, protégés par la liberté d'expression.

En conséquence, le modèle local-patronné s'exprime dans un contexte violent, alors que le modèle national-autonome parvient à institutionnaliser la protestation ce qui en réduit la violence.

Question 5

Montrer que loin de se concurrencer, les multiples moyens d’actions se complètent. 

Si l'action collective se manifeste principalement sous les formes du modèle transnational-solidariste, on observe la permanence de moyens d'expression des modèles précédents.

Ainsi, les conflits du travail continuent de s'exprimer principalement selon le répertoire d'action national-autonome. Les syndicats restent les acteurs principaux des conflits du travail et la grève et la manifestation restent les moyens d'action les plus utilisés. Par ailleurs, les associations "traditionnelles" poursuivent leur oeuvre : une partie du combat féministe ou pour l'égalité des citoyens nonobstant leur orientation sexuelle puisent dans le répertoire d'action national-autonome.

Par exemple, le mouvement des "gilets jaunes", bien qu'il ne réponde stricto sensu à aucun répertoire d'action collective, a puisé des formes d'action dans tous les répertoires. Le répertoire "national-autonome" s'est manifesté dans les cortèges parisiens. Mais on peut aussi voir des traces du modèle "local-patronné" avec l'occupation des rond-points, certaines actions symboliques, le soutien d'élus locaux, etc.

Vous pouvez vous appuyer sur un exemple récent, comme le mouvement des "gilets jaunes".