Cours Stage - Fonctionnement musculaire et ATP
Exercice d'application

Exercice : Métabolisme musculaire et entraînement des sportifs

Un entrainement de longue durée (course pendant 21 semaines à raison de 5 séances par semaine) peut être à l'origine, chez les sportifs, d'une modification du métabolisme des cellules musculaires.

 

Question : À partir de l'exploitation des documents et de l'utilisation des connaissances, montrez que le métabolisme musculaire est modifié par l'entrainement puis, expliquez en quoi ces modifications permettent des contractions musculaires plus intenses et de plus longue durée.

 

Document 1 : Quantité de mitochondries dans les cellules musculaires

Les mitochondries sont des organites présents dans les cellules musculaires. Elles permettent la synthèse d'ATP par oxydation des métabolites.
Un entraînement de 21 semaines à raison de 5 séances par semaine permet d'observer dans les cellules musculaires :
- une augmentation du nombre de mitochondries de 120%
- une augmentation de 14 à 40% de la taille des mitochondries

sportif_1.png

d'après www.jap.physiology.org

 

Document 2 : Entraînement et activité enzymatique

Des mesures de l'activité des enzymes du cycle de Krebs sont réalisées à partir d'extraits de muscles prélevés chez différents sportifs avant et après entrainement.

d'après physiperf.fr

 

Document 3 : Entraînement et conditions de production d'acide lactique

 

Réserves en glycogène musculaire

Personne non entraînée

13 à 15 g/kg de muscle

Personne entraînée

15,5 à 17,5 g/kg de muscle

Le glycogène est une forme de stockage du glucose. Le tableau ci-contre présente les réserves en glycogène musculaire chez une personne non entraînée et chez une personne entraînée. 

d'après www.jap.physiology.org
 
 
 
Document 4 : Entraînement et conditions de production d'acide lactique
 
sportif_2.png
D'autres processus permettent la synthèse d'ATP dans les fibres musculaires comme par exemple la fermentation lactique. Cette fermentation génère la synthèse de lactates qui s'accumulent dans les fibres musculaires et le sang. Ces lactates pourraient être à l'origine d'une fatigue musculaire.

d'après www.staps.uhp-nancy.fr