Cours Les périphrases verbales
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Repère les phrases qui contiennent des périphrases verbales.

Tu as obtenu le score de


Question 1

Coche la ou les proposition(s) contenant une périphrase verbale.

Cette gravure doit être très ancienne.
Cette gravure doit être très ancienne.
Tu me dois cinq euros pour la séance de cinéma.
Vous devez respecter le règlement intérieur de l’établissement.
Vous devez respecter le règlement intérieur de l’établissement.
Elle doit sa vie au pompier qui l’a sortie des flammes.
Quelles phrases ne contiennent pas de verbe à l’infinitif ?
Tu peux d’ores et déjà les éliminer, puisqu’une périphrase verbale est toujours composée d’un semi-auxiliaire suivi d’un verbe à l’infinitif.
Quels sont les sens du verbe "devoir" employé comme semi-auxiliaire ?
En reconnais-tu un des deux dans les deux phrases restantes ? Reconnais-tu les deux ?
Dans la proposition n°1, devoir exprime la probabilité, la possibilité pour cette gravure d’être très ancienne (on peut ajouter l’adverbe probablement).
Dans la proposition n°3, devoir exprime l’obligation (on peut ajouter l’adverbe obligatoirement).

Question 2

Coche la ou les proposition(s) contenant une périphrase verbale.

Tom paraît très fatigué depuis son retour de l’hôpital.
Ses parents paraissent mal accepter sa décision de ne pas aller au lycée.
Ses parents paraissent mal accepter sa décision de ne pas aller au lycée.
Tom n’a rien laissé paraître de sa fatigue à son retour de l’hôpital.
Tom n’a rien laissé paraître de sa fatigue à son retour de l’hôpital.
Ses parents ont décidé de le laisser tranquille jusqu’aux examens.
Seules les propositions qui contiennent un verbe à l’infinitif doivent retenir ton attention.
Quels sont les verbes conjugués que tu reconnais comme de potentiels semi-auxiliaires ?
Dans la proposition n° 2, le semi-auxiliaire est "paraître" (exprime l’apparence).
Dans la proposition n°3, le semi-auxiliaire est "laisser" (exprime le fait de permettre) alors que "paraître" est cette fois employé comme infinitif. Le sens de la proposition n°3 est que Tom n’a pas permis à sa fatigue de paraître.
Dans la proposition n°4, "décider" n’est pas semi-auxiliaire car il possède son sens propre et il ne nuance pas le sens de "laisser".

Question 3

Coche la ou les proposition(s) contenant une périphrase verbale.

J’aime partir en vacances avec mes cousins l’été.
J’ai entendu chuchoter d’étranges choses dans les couloirs.
Quentin doit faire changer sa carte de cantine car elle est périmée.
Quentin doit faire changer sa carte de cantine car elle est périmée.
Il n’ose pas avouer ses sentiments à Claire, de peur de la faire fuir.
Il n’ose pas avouer ses sentiments à Claire, de peur de la faire fuir.
Attention, ces quatre propositions sont pleines de pièges !
Elles contiennent toutes quatre des verbes à l’infinitif, mais seules deux d’entre elles contiennent des périphrases verbales.
Une périphrase verbale peut contenir deux verbes à l’infinitif si le semi-auxiliaire n’est pas conjugué…
Attention, il ne suffit pas qu’un verbe à l’infinitif suive un autre verbe pour obtenir une périphrase verbale ! Un verbe à l’infinitif peut également être complément d’objet direct ou indirect d’un autre verbe. Dans une périphrase verbale, le verbe qui est semi-auxiliaire n’a pas d’autre rôle que d’être au service du verbe à l’infinitif.
Les deux périphrases verbales ici ne sont pas conjuguées, cela peut arriver ! La proposition n°3 contient même deux périphrases en une : "doit" est un semi-auxiliaire qui exprime l’obligation et nuance le sens de "faire" ; "faire" est un semi-auxiliaire qui exprime le fait de charger quelqu’un de quelque chose et qui nuance le sens de "changer". Les autres verbes à l’infinitif (partir dans la proposition n°1, chuchoter dans la proposition n°2, avouer dans la proposition n°4) sont tous des COD, car les verbes aimer, entendre et oser ont leur propre sens et leur propre rôle dans la phrase : ce ne sont pas des semi-auxiliaires.

Question 4

Coche la ou les proposition(s) contenant une périphrase verbale.

Je laisse la fin des vacances passer avant de prendre une décision.
Je laisse la fin des vacances passer avant de prendre une décision.
Je t’ai laissé une note sur le frigo pour t’aider à faire les courses.
Ces photos ont achevé de me convaincre : je pars avec vous en vacances !
Ces photos ont achevé de me convaincre : je pars avec vous en vacances !
J’ai achevé la lecture de ce roman hier, la fin m’a bouleversé !
Attention, un verbe à l’infinitif peut être séparé de son semi-auxiliaire par un COD…
« la fin des vacances » (proposition n°1) et « me » (proposition n°3) sont COD, ce qui n’empêche pas "laisser" de modifier le sens de "passer" (= permettre de, ne pas empêcher de) et "achever" de modifier le sens de "convaincre" (= la fin d’une action).
Dans la proposition n°2, "laisser" a le sens de déposer quelque chose quelque part, il n’a pas le sens de permettre, ne pas empêcher de et son rôle n’est pas de nuancer le sens du verbe "aider", il n’est donc pas semi-auxiliaire.

Question 5

Coche la ou les proposition(s) contenant une périphrase verbale.

Les scientifiques continuent leurs recherches malgré l’absence de résultat.
Des scientifiques sont sur le point de faire une découverte extraordinaire.
Des scientifiques sont sur le point de faire une découverte extraordinaire.
Le barème de la rédaction est laissé à l’appréciation de vos professeurs.
Ce détail aura pu leur échapper, c’est pourquoi ils ont tous mal répondu.
Ce détail aura pu leur échapper, c’est pourquoi ils ont tous mal répondu.
Repère les verbes à l’infinitif avant toute chose !
N’oublie pas : un semi-auxiliaire peut également être une locution verbale (plusieurs mots), dès lors qu’il modifie, nuance, précise le sens d’un verbe à l’infinitif.
Un semi-auxiliaire peut passer presque inaperçu s’il est conjugué sous forme de participe passé à un temps composé…
Dans la proposition n°2, la locution verbale « être sur le point de » est un semi-auxiliaire qui exprime le début d’une action.
Dans la proposition n°4, le semi-auxiliaire est "pouvoir" conjugué au futur antérieur ("aura pu"), il exprime la possibilité.