Cinquième > Français > Méthodologie > Méthodologie de l'écriture

MÉTHODOLOGIE DE L'ÉCRITURE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Écrire une scène de théâtre

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Mise en page

 

Pour mettre en page correctement une scène de théâtre, il faut indiquer le nom des personnages, ce qui permet de repérer qui parle et à quel moment. Il faut mettre le nom des personnages devant chaque réplique, suivi d’un tiret. Exemple :

NOM 1 - …

NOM 2 - …

NOM 1 - …

Il faut alterner les personnages, et les guillemets sont optionnels, et non conseillés.

Il est aussi possible d’ajouter des didascalies qui sont des indications scéniques sur le costume, le décor et sur la manière de jouer une tirade, l’intention, s’il est en colère ou content par exemple ou s’il fait un mouvement sur la scène. Ces didascalies sont :

- soit accolées au nom du personnage : NOM 1 (didascalie) - … pour indiquer l’état d’esprit du personnage, sa position sur la plateau.

- soit juste à côté de la tirade du personnage : NOM 1 - (didascalie) … pour indiquer la manière de jouer.

 

II. Personnages

 

S’il y a un seul personnage, il s’agit d’un monologue, le personnage se parle à lui même, parle seul ou bien s’adresse à un personnage qui n’est pas sur la scène. Par exemple, il peut parler à la femme qu’il aime ou à un personnage auquel il en veut. Si un seul personnage parle, il s’agit également d’un monologue.

S’il y a deux personnages ou plus, c’est un dialogue.

 

III. Le type d’échange

 

Vitesse de réponse des personnages : rapide, courtes tirades ou stichomythies pour un créer un dialogue vif, voire conflictuel dans le cas des stichomythies. Moyenne : de manière ordinaire. Ou lente : chaque personnage a le temps de s’exprimer, comme dans les tragédies raciniennes.

Distribution des temps de parole : il y a toujours un personnage qui parle plus, ou faire en sorte d’avoir des tours de parole équilibrés pour montrer que les personnages sont à égalité.

Enchaînement des répliques : l’enchaînement doit être réfléchi, pourquoi le personnage parle : question / réponse, ordres, histoire etc.

 

IV. Registre littéraire

 

Registre de la scène : comique, tragique, dramatique, pathétique, lyrique, etc.

Selon si l’on veut faire rire, pleurer, si l’on veut parler de la mort ou de quiproquos, malentendus, etc.