Cinquième > SVT > Le corps humain et la santé > Habitudes alimentaires

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les habitudes alimentaires

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

L’alimentation permet de couvrir les besoins de notre corps. Celui-ci a besoin d’énergie en permanence et les repas permettent d’apporter des nutriments que le corps transforme en énergie. Les apports sont discontinus, ils se font au moment des repas et il y a donc besoin, pour tous les êtres vivants, de stocker ce qui est mangé puis de le déstocké pour permettre aux organes de fonctionner. Ceci est un principe universel puisque c’est valable pour tous les êtres vivants et en particulier les humains.

Mais, les habitudes alimentaires correspondent à une notion légèrement différente. Ces habitudes sont culturelles, liées à notre mode de vie mais aussi à l’endroit où l’on vit qui a permis au cours des siècles de domestiquer certaines espèces alimentaires, notamment animales et végétales. Les habitudes alimentaires dépendent donc du pays dans lequel on vit et plus généralement de la zone du monde dans laquelle on est.

 

Exemples d'habitudes alimentaires différentes

 

1. Le nombre et la constitution des repas varie d’un pays à un autre et même dans des pays proches, par exemple en Europe.

En France, en moyenne on fait 3 repas par jour, ce qui n’est pas forcément le cas des allemands ou des britanniques. Aux États-Unis, on fait plutôt 4 vrais repas. Au Brésil, on est presque à 5 repas par jour sans parler des petites collations. Ces apports différents vont tous permettre le stockage et le déstockage des nutriments.

 

2. La consommation de protéines animales varie d’un pays à un autre.

Si on laisse de côté les personnes qui ont choisi de ne pas consommer de protéines animales, nous ne consommons pas tous, en fonction des régions du monde, les mêmes animaux. Par exemple, les insectes sont encore peu consommés dans nos pays alors que l’on en consomme beaucoup en Asie et en Afrique. On peut aussi citer le cas du chien qui est encore consommé en Asie alors qu’on ne le consomme pas chez nous. Le cheval est un animal qui est consommé en France et un peu au Japon, mais pratiquement dans aucun autre pays du monde.

 

3. Les céréales qui apportent des féculents nécessaires à l’apport en glucide à chacun de nos repas, ne sont pas les mêmes en fonction des régions du monde.

Le riz est beaucoup consommé en Asie, le blé est d’origine européenne et d’Amérique du Nord et est fortement consommé dans ces régions mais moins en Asie. Le maïs est beaucoup consommé en Amérique, notamment en Amérique centrale et dans le nord de l’Amérique du Sud. Le mil, le millet, le sorgho sont des céréales consommées en plus grande quantité au nord de l'Afrique. Enfin, au sud de l'Afrique, on consomme plus des racines, des tubercules, par exemple l’igname qui est de la même famille que le manioc. Ces habitudes alimentaires viennent du fait que ces plantes sont d’une origine particulière dans le monde. Bien sûr, aujourd’hui, la plupart de ces plantes se trouvent partout dans le monde, mais les cultures ont conservé une consommation qui nous vient des générations successives de nos ancêtres.