Première > Espagnol > Sujets contrôle continu > Espace privé et espace public (CO)

ESPACE PRIVÉ ET ESPACE PUBLIC (CO)

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Espace privé et espace public

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Nous traiterons ici de l’axe d’étude « espacio privado y espacio público ». Nous allons voir trois thématiques en lien avec cet axe d’étude et pour chacune des thématiques, vous disposerez d’exemples relatifs à la sphère hispanique, à utiliser pour l’expression écrite.

 

I. Las mujeres

 

La première thématique abordée est celle des femmes = « las mujeres ». La place des femmes en Espagne illustre parfaitement ce passage de l’espace privé à l’espace public. Pendant le régime franquiste, les femmes espagnoles n’avaient pratiquement aucun droit. Une femme passait d’être soumise à l’autorité de son père à celle de son mari, mais elle ne pouvait ni travailler, ni avoir de compte bancaire par exemple, sans l’autorisation du père ou du mari. Sa place était le foyer = « el hogar », elle sortait très peu de chez elle puisque son rôle, établi dans la société, était de s’occuper de ses enfants, de son mari, de faire la cuisine, le ménage, etc.

Avec la fin de la dictature franquiste et le retour à la démocratie, les femmes sont sorties de leur foyer et ont petit à petit gagné du terrain dans l’espace public. Cela se voit notamment avec l’arrivée des femmes dans la politique espagnole, et par exemple Carme Chacón, une femme politique décédée jeune il y a quelques années, et qui a été la première ministre de la défense = « la primera ministra de la defensa ». Une photo d’elle enceinte = « embarazada » en train de passer revue aux troupes espagnoles = « pasando revista a tropas españolas » est symbolique de cette arrivée des femmes et de cette importance de plus en plus grande des femmes dans la politique espagnole.

Avant Carme Chacón et avant la période franquiste et la guerre civile, on a aussi un très bon exemple de femme qui a lutté pour les droits des femmes et notamment pour le droit de vote : il s’agit de Clara Campoamor. Pendant la IIe République, alors que les femmes ne pouvaient pas voter, Clara Campoamor s’est présentée et a été élue députée. Elle a lutté pour que le droit de vote des femmes soit inscrit dans la Constitution et a réussi, et ce dans la « Constitución de 1931 ». L’arrivée de Franco au pouvoir a montré que finalement ce droit des femmes n’est jamais acquis pour toujours et le régime franquiste a supposé un vrai retour en arrière = « una marcha atrás » pour les femmes.

 

Vocabulaire

el régimen franquista

ningún derecho

el hogar

su papel era cuidar de su familia y hacer las tareas domésticas

la llegada de las mujeres en la vida política

Carme Chacón: primera Ministra de Defensa

embarazada, pasando revista a tropas españolas

Clara Campoamor: diputada durante la IIa República

luchar por el derecho de voto

un retroceso – una marcha atrás

derechos no adquiridos para siempre

 

II. La calle en América Latina

 

Une autre thématique en lien avec espace privé et espace public est celle de la rue en Amérique latine.

À Cuba, les gens vivent beaucoup plus dehors = « fuera » que dedans = « dentro ». Cela peut s’expliquer de différentes façons : le climat, propice à aller dehors, mais également l’insalubrité de nombreux logements cubains, puisque l’économie cubaine a des problèmes depuis de nombreuses années suite à l’embargo des États-Unis. Les cubains, plutôt que de rester chez eux, préfèrent sortir et se retrouver par exemple sur la grande avenue qui longe la plage de La Havane = « el malecón en La Habana » pour discuter, passer le temps. Ils se retrouvent aussi très souvent sur des petites places pour danser sur des rythmes africains, et c’est ce qui fait aussi l’originalité de l’île et qui plaît beaucoup aux touristes.

Un autre exemple de la rue, ou l’extérieur en Amérique latine sont les marchés = « los mercados ». Contrairement à l’Europe, les marchés en Amérique latine sont à ciel ouvert = « al aire libre » et sont le point de rencontre des habitants du quartier, du village, avec de nombreuses odeurs et de nombreuses couleurs qui en font une particularité très appréciée de tous : des locaux comme des touristes.

 

Vocabulaire

fuera ≠ dentro

el clima, la insalubridad de las viviendas

el Malecón en La Habana

un mercado al aire libre

un punto de encuentro

 

III. Las corralas y los bares

 

Le dernier exemple concerne cette fois l’Espagne. Deux spécificités espagnoles : « dos particularidades españolas » que sont « las corralas » et les bars.

« Las corralas » sont des bâtiments = « edificios » qui datent du XVIIe et XVIIIe siècles = « de los siglos 17 y 18 ». Il s’agit de bâtiments rectangulaires avec un patio au milieu et de petits appartements autour du patio. Ils ont été remis à l’honneur à Madrid, notamment dans le quartier de Lavapiés = « el barrio madrileño de Lavapiés ». La crise du logement aidant, de nombreux espagnols se sont tournés vers ce type d’appartement, petits mais pratiques et avec cette cour intérieur = « patio » qui favorise l’entre-aide entre les différents voisins de la « corrala ».

Cette solidarité, ce vivre ensemble, se voit également en Espagne dans les bars. Il faut savoir que l’Espagne est le pays qui compte le plus grand nombre de bars par habitant, et le bar est quelque chose de très social. On y va pour boire un café, un soda, mais aussi et surtout pour discuter et être avec des gens. Les espagnols aiment beaucoup être avec des gens, ils préfèrent être dehors que dedans. Le bar a une fonction sociale, souvent, dans un quartier, chaque quartier a son petit bar, appelé « el bar de la esquina » : le bar du coin de la rue. Les gens, plutôt que de rentrer directement chez eux du travail, passent par le bar, discutent avec le patron = « el dueño », avec le serveur : « el camarero » dont ils connaissent toujours le prénom, demandent des nouvelles des voisins, des habitants du quartier, avant de rentrer chez eux. Finalement, les bars en Espagne sont un lieu de transition entre l’espace public et l’espace privé.

 

Vocabulaire

una particularidad

edificios de los siglos XVII y XVIII

pequeños pisos alrededor de un patio

el barrio madrileño de Lavapiés

la solidaridad, la ayuda mutua entre los vecinos

la convivencia

el bar de la esquina

charlar con el dueño, con el camarero

un lugar de transición