Première > Français > Boost Français > Boost Français - La négation

BOOST FRANÇAIS - LA NÉGATION

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La négation

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Négation totale

 

Elle porte sur la proposition entière. Elle se forme avec l’adverbe « ne » + « pas, plus, point, guère, etc.» Exemple : « Il ne fume plus ». Il y a un avant et un après et la rupture avec un avant.

 

II. Négation partielle

 

Elle porte sur une partie de la proposition. Elle se forme avec l’adverbe « ne » + « personne, rien, aucun, etc. »  Exemple : « Il n’a lu aucun livre de Flaubert ». La négation partielle est formée avec « n’ » et le déterminant « aucun ».

Attention à la place de la négation, en général, l’adverbe « ne » se situe avant le verbe et le deuxième terme négatif après le verbe, mais ce n’est pas toujours le cas. Exemple : « Jamais Paris ne lui avait semblé si beau » (Flaubert). Ici, le terme négatif « jamais » se place en début de phrase.

Attention avec les articles « du, de la, des » qui deviennent « de » à la forme négative. Exemple : « Il reprend du gâteau » => « Il ne reprend pas de gâteau.»

 

III. Négation restrictive/exceptive

 

C’est une négation en « ne … que ». On peut la remplacer par « seulement » ou « uniquement ». Exemple : « Il n’apercevait, dans l’avenir, qu’une interminable série d’années toutes pleines d’amour » (Flaubert). On peut la remplacer par : « Il apercevait, dans l’avenir, seulement une interminable série d’années toutes pleines d’amour ».

 

IV. Cas particuliers

 

- « Ne … ni … ni » : quand on emploie « ni » on doit toujours le répéter. Exemple : « Il n’aime ni Balzac ni Zola ».

- « Ne » explétif (facultatif) : on le trouve davantage dans le langage soutenu. Exemple : « Je crains qu’il (ne) vienne ».

- « Ne » seul : il peut s’employer seul après certains verbes ou après un « si ». Exemple dans le système hypothétique : « Si le grain ne meurt », Gide.