Première > Français > La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle > Les Lumières

LES LUMIÈRES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Histoire des genres de l'argumentation - Rousseau

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Rousseau et ses discours

 

Le discours est un genre particulier. Au XVIIIe siècle, l’académie de Dijon proposait régulièrement des questions. Tout volontaire pouvait alors envoyer une réponse à la question, un discours, afin de gagner un prix. Lors d’un de ces concours, l’académie demanda alors « quelle est l’influence des arts sur les mœurs des hommes ? », question à laquelle Rousseau répondit par son célèbre Discours sur les sciences et les arts.

En opposition à Voltaire (alors très influent) qui prône la société de consommation et qui est favorable au progrès ; Rousseau avance que le luxe et la civilisation corrompraient l’homme, qui serait alors bien meilleur à l’état de nature.

Un autre discours très célèbre de Rousseau est son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Rousseau commence par y exprimer que l’homme est bon à l’état de nature, autrement dit que sans la civilisation l’homme est bien meilleur. L’homme serait ainsi altéré par la société et son organisation, par ses lois corruptrices.

Rousseau critique notamment le concept de propriété. Il affirme que le premier homme qui a planté le premier bâton pour créer le premier enclos a corrompu la nature humaine. Selon Rousseau, en effet, dans une société où la propriété n’existe pas, tout appartient à tout le monde et tous vivent alors en harmonie. Rousseau imagine alors, à la fin de son discours, un homme à l’état de nature, un homme qui vivrait dans les arbres, qui mangerait des glands, qui serait ainsi en totale solitude, hors de la société. Il décrit pourtant cet homme comme heureux, notamment parce qu’il se satisfait du minimum, de ce que la nature lui offre.