Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Roman

ROMAN

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Bel-Ami, Maupassant - Oral

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Questions sur l’ensemble de l’œuvre

 

À qui vous fait penser le personnage principal ?

Le personnage principal est Georges Duroy. Son surnom est Bel-Ami. L’expression Bel-Ami fait référence aux chansons de troubadours du Moyen Âge : ami désigne l’amant, dans l’amour courtois et bel en vieux français signifie cher, pour insister sur le caractère tendre, affectueux. Bel-Ami est un surnom donné affectueusement à un homme entretenant une relation avec une femme mariée. Cette expression correspond au personnage de Georges Duroy qui entretient des relations amoureuses avec des femmes mariées et que ces femmes chérissent. La question fait appel aux connaissances littéraires. La réponse attendue est de comparer Georges Duroy à un personnage de littérature ayant les mêmes caractéristiques. Georges Duroy est ambitieux. Au début du roman, il est en bas de l’échelle sociale. Grâce aux femmes qu’il fréquente, tout au long du roman, il gravit les échelons. Il n’y a pas d’équivalent, dans la littérature, d’un personnage se servant des femmes pour se hisser socialement. Il faut donc se concentrer sur l’aspect ambitieux du personnage comme par exemple Eugène de Rastignac, étant le type de l’ambitieux, dans le roman Le Père Goriot de Balzac. Comme Eugène de Rastignac, Georges Duroy est un personnage ambitieux, arrivé de la province qui, en s’installant à Paris, gravit les échelons de manière peu traditionnelle. 

 

Que dit ce roman sur les rapports entre hommes et femmes ?

Cette question est d’autant plus intéressante qu’elle fait écho à l’actualité au sujet des rapports entre hommes et femmes dans la société. Dans Bel-Ami, Maupassant s’intéresse à ces rapports et les traite de manière assez peu conventionnelle pour un roman du XIXe siècle. D’ordinaire, les rapports entre hommes et femmes sont marqués par la domination masculine. Cette domination masculine est établie au XXe siècle, par le sociologue Pierre Bourdieu. Dans sa théorie, Pierre Bourdieu explique que l’homme domine et que la femme est inférieure, sur le plan juridique, financier et professionnel. Dans Bel-Ami, au contraire, la femme est influente. Georges Duroy se hisse socialement grâce aux femmes qu’il côtoie. La première femme qu’il fréquente, Madeleine Forestier, l’aide dans la rédaction d’un article pour le journal La vie française. C’est grâce à l’intelligence de Madeleine que Georges Duroy parvient à produire son article. Cet épisode renverse les codes établis puisque Madeleine devient alors supérieure. En même temps, elle n’obtient pas de reconnaissance pour son travail. Maupassant montre donc l’ambivalence de ces rapports entre hommes et femmes. Cette vision est peu conventionnelle car dans le cas de Bel-Ami, c’est l’homme qui utilise les femmes pour parvenir à ses fins. Or dans la littérature du XVIIIe et du XIXe siècles, les femmes ont souvent le rôle de courtisanes et elles utilisent les hommes pour parvenir à leurs fins. Un roman contemporain, Nana de Zola, sorti cinq ans auparavant, décrit une demie-mondaine du nom de Nana qui utilise les hommes pour gravir l’échelle sociale. Au XVIIIe siècle, le roman Manon Lescaut de l’Abbé Prévost, retrace un parcours similaire.

 

Le personnage de Georges Duroy est-il présenté positivement ?

La réponse attendue doit souligner le rapport de l’auteur vis-à-vis de son personnage, d’où la formulation de la question qui emploie le verbe « présenter ». La question induit le lecteur à se demander si Maupassant présente Georges Duroy comme un personnage pouvant susciter de l’admiration ou, au contraire, provoquer une détestation. La réponse attendue tend plutôt à montrer que Georges Duroy est digne de détestation, en raison de son opportunisme et de sa lâcheté. Georges Duroy est à la fois spectateur de son siècle et acteur en gravissant l’échelle sociale. Maupassant cherche à distinguer, chez son personnage, la réussite de son ascension sociale et les moyens, plus que discutables, qu’il utilise pour y parvenir. Georges Duroy peut ainsi être comparé au personnage de Frédéric Moreau, personnage principal de L’Education sentimentale du roman de Flaubert. Ces deux personnages principaux sont issus du même milieu et tendent à gravir l’échelle sociale mais ils se distinguent sur le plan sentimental puisque Frédéric Moreau est éperdument amoureux d’une femme tandis que Georges Duroy ne ressent pas de sentiments pour les femmes qu’il fréquente. Cette comparaison est pertinente en raison des points communs des deux protagonistes et en raison des liens d’amitié qui unissent ces deux auteurs.