Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Phèdre, Racine - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

Cette œuvre a été publiée en 1677, à la fin du XVIIe siècle.

 

Genre

Cette œuvre appartient au genre du théâtre et plus précisément à la tragédie.

 

Mouvement

Cette œuvre appartient au mouvement classique. Jean Racine respecte la règle des trois unités, c’est-à-dire celles de temps, d’action et de lieu. Il inscrit sa pièce dans des références antiques liées à la Rome antique ou à la Grèce antique.

 

Auteur

Jean Racine est un dramaturge, il a écrit plusieurs pièces tragiques. Mais c’était aussi l’historiographe du Roi, il écrivait les faits et gestes de Louis XIV. Racine n’a pas écrit de pièces lorsqu’il était historiographe, cependant il reprend l’écriture après et écrit notamment Esther.

 

Moments-clés

- Acte I, scène 3 : l’aveu de Phèdre à Oenone, cette dernière étant la confidente. Phèdre avoue son amour pour Hippolyte qui est son beau-fils. Hippolyte étant le fils de son mari, Thésée.

- Acte V, scène 6 : récit de la mort d’Hippolyte. Ce récit est pris en charge par un personnage secondaire, Théramène. Il s’agit d’une narration très précise, qui peut être qualifiée de tableau, la description de l’action étant très visuelle.

Ces deux scènes sont les acmés de la pièce. (acmé = point culminant)

 

Thématiques importantes

- La mesure et la démesure. Phèdre est emportée par son sentiment amoureux démesuré qui peut être qualifié de furor antique. Il s’agit de la prise de possession par certains humains de forces qui les dépassent et qui les mènent aux limites de l’inhumanité et du monstrueux.

- Le thème du tragique. Une héroïne doit se battre contre des forces qui la dépassent. Cette pièce vise la catharsis, c’est-à-dire la purification du spectateur en suscitant la pitié et la crainte face aux actions qu’elle doit mener.

- Désir et interdit. Le désir est celui qu’éprouve Phèdre pour Hippolyte, son beau-fils, qui a le même âge qu’elle mais qui socialement et filialement ne peut recevoir cet amour. L’interdit est donc social, familial et moral.

 

Citation

« Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue. »

Assonance en -i : « vis, rougis, pâlis ». Allitérations en -s : « pâlis à », « sa », et en -v : « vis », « vue » qui marquent une symétrie entre le premier son -v au début et à la fin du vers. Cela contribue à instaurer un rythme et témoigne du travail de Racine sur la musicalité de l’alexandrin.

 

Bonus

Patrice Chéreau propose une mise en scène audacieuse et contemporaine de Phèdre.