Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Théâtre

THÉÂTRE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Lorenzaccio, Musset - Écrit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Résumé pour l’écrit

 

Date de publication

1834, première moitié du XIXe siècle.

 

Genre

Cette œuvre appartient au genre du théâtre et plus particulièrement du drame romantique.

Le drame romantique est une pièce de théâtre dont la construction est libre, c’est-à-dire que l’auteur choisit le nombre d’actes (entre I et IV) pour raconter son histoire. Le drame romantique est souvent écrit en prose mais pas nécessairement. Il présente un héros en prise avec des questions d’identité, de dissimulation d’identité et affirmation de lui-même.

 

Mouvement

Cette œuvre s’inscrit dans le mouvement romantique, du début du XIXe siècle en France, mouvement dont fait aussi partie Georges Sand alias Aurore Dupin.

 

Auteur

Les premières œuvres d’Alfred de Musset sont des recueils de poèmes c’est donc un poète et un dramaturge, il a notamment écrit la pièce On ne badine pas avec l’amour.

C’est lors d’un voyage en Italie à Venise que l’amante de Musset, Georges Sand, lui confie une pièce qu’elle a écrite sur une conspiration à Florence au XVIe siècle. Avec son accord, Musset s’en empare pour écrire Lorenzaccio. La pièce se déroule à la Renaissance, à Florence, durant le règne des Médicis. Elle met en scène des complots politiques et familiaux.

 

Moments-clés

- Acte I, scène 4 : Portrait in praesentia de Lorenzaccio (la description du personnage se fait en sa présence, le personnage est sur scène lorsqu’il est décrit). Cette description met en lumière la dualité du personnage. S’appelant en réalité Lorenzo, il s’est créé une réputation de débauché différente de son véritable caractère, noble et dévoué à Florence, pour tromper les observateurs et organiser en secret un complot politique. Il est donc en permanence tiraillé entre ces deux identités.

- Acte II : Récit de songe. La mère de Lorenzaccio lui raconte un rêve, dans lequel il lui apparaît sous la forme d’un spectre. Lorenzaccio est terrifié par ce songe qu’il perçoit comme une prophétie qui lui annonce sa mort prochaine. Lorenzaccio demande alors à sa mère, dans l’hypothèse où elle reverrait le spectre, de lui dire qu’il ne tardera pas à le voir. Cette scène fait référence au début de la pièce Hamlet de Shakespeare dans laquelle le père décédé d’Hamlet lui apparaît.

- Acte III, scène 3 : Monologue de Lorenzaccio. Nouvelle référence à Hamlet, et plus particulièrement au monologue « Être ou ne pas être, telle est la question ». Ici, Lorenzaccio se pose les même question identitaires, le monologue de Lorenzaccio commençant par « Suis-je un satan ? ». Le héros se demande ce qui est bien ou mal, qui il est réellement dans le jeu de dupe qu’il a construit.

 

Thématiques importantes

- L’identité et la dualité : la dualité se reflétant dans la dissimulation et le mensonge. L’identité à travers la vérité.

- Morale et politique : la question étant, pour arriver à des fins politiques, tous les moyens sont-ils bons ? Tuer pour sauver son royaume ? Qu’est-ce que bien gouverner ?

- Le héros romantique : ce dernier est en prise avec ses passions et les contraintes du monde extérieur mais suit malgré tout ses idéaux.

 

Citation

Issue de la préface de Lorenzaccio : « Spectacle dans un fauteuil ». Musset a conçu cette pièce pour être lue et non pour être jouée. Cela est dû au fait qu’il y a beaucoup de changement de décors et une multitude de personnages et de costumes, ainsi que des difficultés techniques.

« Le mal existe mais pas sans le bien »

Cette citation illustre l’idée de héros romantique en prise avec des problèmes moraux. Musset affirme son refus du manichéisme. Il refuse d’opposer le mal et le bien et soutient l’idée qu’en chaque être le mal coexiste avec le bien. Le héros romantique peut donc être défini comme un le héros se débattant entre le bien et mal.

 

Bonus

Hamlet de Shakespeare, mis en scène par Peter Brook.

Othello de Shakespeare, réalisé par Orson Welles. Où l’on retrouve les thématiques de pouvoir et de dilemme moral.

Ces pistes permettent d’observer en quoi le drame romantique français doit beaucoup au théâtre élisabéthain anglais.