Première > Français > Résumés d'œuvres (lectures cursives) > Poésie

POÉSIE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le Testament, Villon - Oral

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Questions sur l’ensemble de l’œuvre

 

Que savez-vous de François Villon ?

C’est une question piège parce que même les historiens de la littérature ne savent pas grand chose de François Villon. Ce qu’on sait avec certitude, c’est qu’il s’agit de quelqu’un qui a fait des études à Paris, à la fin du Moyen Âge, au XVe siècle. Il s’est très vite éloigné du droit chemin car il a fréquenté des bandes de voyous de l’époque, notamment « la bande des Coquillards », qui aurait développé un argot propre et que Villon utilisait dans ses textes, ce qui fait d’eux des vraies énigmes à déchiffrer. On sait aussi qu’il a eu quelques démêlés avec la justice, et que lorsqu’il a eu 30 ans, il a en quelque sorte disparu de la circulation et on n’a plus eu de trace de lui.

 

Son œuvre a inspiré des poètes du XIXe siècle : lesquels ?

On peut citer deux poètes du XIXe siècle qui se sont inspirés de l’œuvre de Villon : Charles Baudelaire, parce qu’il a développé une esthétique différente de celle qui dominait à l’époque et il s’est intéressé à ce qu’il y a de beau dans le laid et le bizarre. De la même manière, Villon a écrit des poèmes sur des pendus ou des condamnés à mort, ainsi que sur l’univers de tavernes de son temps. Il propose donc une esthétique et une définition de la beauté différente de celle qui prédomine à son époque, tout comme Baudelaire. L’autre poète, c’est Arthur Rimbaud, qui a, lui aussi, mis un arrêt à sa production poétique à un moment et dont on perd la trace subitement. Rimbaud s’est inspiré de Villon dans un de ses poèmes où il fait intervenir des pendus.

 

II. Questions sur « Ballade des pendus » ou « Epitaphe Villon »

 

En quoi ce poème est-il un apologue ?

Un apologue est une histoire qui a une vocation argumentative, il est censé faire comprendre au lecteur la valeur de vérité d’une proposition, d’une opinion. Le poème est un apologue car il essaie de convaincre le lecteur qu’il faut être compatissant et miséricordieux envers les gens qui ont fauté, puisque Villon demande aux personnes qui observent les cadavres des pendus de ne pas se moquer d’eux mais de prier pour le salut de leurs âmes.

 

Peut-on qualifier ce poème de « danse macabre » ?

« Danse macabre » est une formule issue de l’histoire de l’art qui désigne la représentation des morts et des vivants entremêlés sur les murs des églises et des cimetières à la fin du Moyen Âge. Cela servait à montrer que la mort rend égaux tous les hommes quelle que soit leur condition sociale durant leur vie.

Ce poème peut être qualifié de danse macabre d’une part parce qu’on est dans la même période, et aussi parce qu’il développe le thème de la mort qui met à égalité tous les hommes devant le péché et le pardon.

 

III. Question sur « Ballade des dames du temps jadis »

 

Quelle est la figure de style récurrente dans ce poème ?

Cette figure de style peut être facile et difficile à trouver à la fois, puisqu’elle apparaît à travers la formulation « où sont ? ». C’est une formule qui revient à plusieurs reprises dans le poème et qui rythme la progression des strophes. Il s’agit d’une répétition mais aussi d’une énumération, puisque à travers cette question rhétorique Villon est amené à citer des noms de femmes du temps jadis qui ont disparu. Il cite, par exemple, Héloïse, grande intellectuelle du XIIe siècle, mais aussi des reines ou des personnages mythologiques. On peut rajouter la figure de style de l’inventaire, car Villon fait un inventaire de toutes ces femmes prestigieuses et illustres qui ont disparu.