Première Générale > Géopolitique et sciences politiques > Analyser les dynamiques des puissances internationales > La maîtrise des voies de communication

LA MAÎTRISE DES VOIES DE COMMUNICATION

LA MAÎTRISE DES VOIES DE COMMUNICATION : LES NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Pour étudier davantage la notion de soft power, on peut s’intéresser à ce grand projet de la Chine : celui des nouvelles routes de la soie, annoncé en 2013. Il représente aujourd’hui le plus grand programme d’infrastructures et d’équipements de la planète. Il est d’ailleurs parfois comparé au plan Marshall, avec un budget exorbitant de plus de 1 000 milliards de $. Pour les Chinois et spécifiquement pour le Parti communiste qui dirige le pays, il s’agit d’un projet de co-développement, d’investissement à l’échelle mondiale. Cependant, on peut s’interroger sur la motivation réelle de la Chine. Certains pays s’en inquiètent en effet, notamment l’UE et les États-Unis qui y voient plutôt un projet hégémonique déguisé en opération de co-développement, « gagnante-gagnante », pour ceux qui accepteraient les infrastructures et les équipements chinois.

 

I. Un programme gigantesque et évolutif

 

Ce programme fut dévoilé pour la première fois en 2013 mais sa réalisation ne commença qu’à partir de 2015. Il continue aujourd’hui encore à évoluer. Tout d’abord, le nombre de pays qui acceptent de participer à ce projet à continuer d’augmenter pour atteindre 68 et de nouveaux candidats ne cessent de se joindre au programme comme par exemple l’Italie en 2019. Ces 68 pays représentent un peu plus de la moitié du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial et 4 milliards et demi d’habitants. Ainsi, ce projet ne se limite pas au continent Eurasiatique mais s’étend également vers le Pacifique (l’Amérique Latine) ainsi que vers l’Arctique (le Nord) et l’Afrique.

En plus d’un nombre croissant de pays participants, ce sont également les secteurs d’activités concernés qui s’élargissent. Initialement, le projet consistait en l’établissement seulement d’infrastructures de transports terrestres, par la création de routes des chemins de fer et d’infrastructures maritimes autour de ports de commerce. Désormais, d’autres secteurs sont concernés comme celui de la culture et du tourisme. Parallèlement, les Chinois évoquent des routes spatiales et cyberspatiales, particulièrement la mise en place de réseaux de fibres optiques par l’intermédiaire des grandes firmes chinoises comme ZTE et Huawei afin de communiquer entre les différents pays. Le projet des nouvelles routes de la soie est donc un projet mondial dont on ne connaît toujours pas l’aboutissement.

Le projet requiert alors des financements très importants. Ainsi en 2014, la Chine crée la Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures (BAII), dont le siège se trouve à Pékin. Plus de 20 pays asiatiques y sont associés. De plus, la Chine a également mis en place un fond spécial dédié aux routes de la soie. La BAII a déjà levé une centaine de milliards de dollars auxquels il faut ajouter les 40 milliards mobilisés par la Chine dans le cadre de ce fond spécial. Ce projet, initialement nommé en 2015 « la création des nouvelles routes de la soie », fut renommé BRI : « Belt and Road Initiative ». Le nom volontairement imprécis cherche à suggérer que la Chine n’est pas seule décisionnaire mais que les pays adhérant au programme peuvent soumettre leurs propositions.

 

II. Des

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.