Première Générale > Géopolitique et sciences politiques > Introduction à la matière > Introduction à la matière

INTRODUCTION À LA MATIÈRE (Accès libre)

SÉANCE INTRODUCTIVE AUX QUATRE DISCIPLINES

Permalien

Télécharger la fiche de cours

Il s'agit d'une approche originale qui associe l’histoire qui traite du passé et la géographie qui étudie les espaces. Quant à la géopolitique, elle s’intéresse aux rivalités de puissances sur ces espaces tandis que la science politique analyse l’organisation et l’exercice de la politique en société. Comment ces quatre disciplines se mêlent-elles pour comprendre le monde ?

 

I. Histoire

 

L’histoire s’intéresse aux faits du passé. C’est un récit de ce passé mais surtout une recherche des causes, toujours multiples et enchevêtrées. Les historiens utilisent des sources écrites, ou des sources non écrites comme l’archéologie. Ces sources font ainsi dialoguer le passé avec le présent. C’est la définition de l’historien Pierre Rosanvallon : « L’histoire est un dialogue permanent du passé avec le présent ».

Ce qui est important pour l’historien, depuis les travaux de Fernand Braudel dans les années 1950, c’est de mêler les temporalités. Il s’agit d’approcher l’histoire à travers trois grandes temporalités :

- L’événement : le temps court.

- Le temps moyen : un contexte et des conjonctures.

- Le temps long : le temps des structures, quasiment immobile.

 

L’événement n’est qu’une « agitation de surface » (Braudel) qui doit être mis en perspective dans le temps moyen, un contexte. La particularité de la réflexion de Braudel est de faire appel au temps long, le temps des structures matérielles et géographiques des hommes. On peut ainsi mettre en lumière, grâce au passé, des événements qui se déroulent au présent.

 

II. Géographie

 

Tandis que l’historien travaille sur le temps, le géographe travaille sur l’espace. Dès lors que l’espace est approprié par les hommes, transformé et porteur d’une identité, il devient un territoire. C’est ainsi que Jacques Lévy et Michel Lussault définissent la géographie : « La géographie consiste en l’étude de la production et de l’organisation de l’espace à partir d’un cadre naturel par les sociétés elles-mêmes ».

Si l’historien travaille sur des sources, le géographe travaille sur des cartes qu'il établit. Elles permettent de localiser les phénomènes mais surtout de travailler à différentes échelles. L’échelle locale, nationale, régionale et mondiale s’emboitent dans l’analyse géographique. De même que l’historien, qui emboite les temporalités, le géographe emboite les niveaux d’analyses, c’est-à-dire les échelles cartographiques.

 

III. Géopolitique

 

La géopolitique est une branche de la géographique, telle que définie par le géographe Yves Lacoste qui créa la revue Hérodote en 1976. L’étude géopolitique analyse l’expression des politiques de puissance sur un territoire donné. Il s’agit de l’étude de la dialectique entre puissance, pouvoir et territoire qui s’analyse à travers les cartes mais mobilise également l’histoire pour comprendre les situations géopolitiques.

Celles-ci relèvent pour une grande part de situations de conflits. De fait, les différents acteurs de la géopolitique, des groupes étatiques ou non-étatiques (des groupes sociaux), entrent en rivalité sur des territoires pour en maîtriser les ressources. Ainsi la géopolitique est souvent l’étude de conflits qui peuvent aller de la simple dispute territoriale à la guerre. Néanmoins sur les territoires peuvent émerger des coopérations entre ces États et groupes non-étatiques. La géopolitique ne s’intéresse pas uniquement à la guerre mais aussi à la paix.

 

IV. Science politique

 

La science politique est une discipline débattue dans ses objets et fonctions. Il s’agit cependant d’une analyse du politique, mais sans vocation à prendre partie ou à faire de la politique. Son intérêt porte sur la manière dont s’organise et s’exerce le pouvoir dans une société donnée. Dès lors, la politique s’intéresse particulièrement aux affaires de l’État et des relations entre les États. Cependant la politique se joue également à d’autres échelles que l’État.

Quelle différence y-a-t-il entre la politique et le politique ?

Julien Freund explique que la politique est une activité que l’on mène au sein d’une société donnée en fonction de circonstances particulières et qui évoluent sans cesse. Mais elle renvoie à des lois fondamentales caractéristiques à toutes sociétés humaines, peu importe le temps ou l’échelle qui est le politique. Ce sont des lois intangibles de la vie des hommes en société.