Première > Géopolitique et sciences politiques > Comprendre un régime politique : la démocratie > Une démocratie directe mais limitée : Athènes au Ve siècle

UNE DÉMOCRATIE DIRECTE MAIS LIMITÉE : ATHÈNES AU VE SIÈCLE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Une démocratie directe mais limitée : Athènes au Ve siècle avant J.-C.

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Pour comprendre la tension entre démocratie directe et indirecte, on peut étudier le cas d’Athènes au Ve siècle av. J.-C., dont on a fait une sorte de modèle absolu de la démocratie. Quels étaient ses caractéristiques et ses limites et quel fut l’action de Périclès pour améliorer le système et le porter à son apogée ?

 

I. Un modèle de démocratie

 

Les citoyens athéniens vivaient une expérience de démocratie directe dans un cadre de strict de séparation des pouvoirs. Les citoyens participaient à l’Ecclésia. C’est l’institution la plus importante qui décidait de tout. Elle était ouverte à tous les citoyens qui pouvaient exprimer leurs opinions.

Parallèlement, la Boulè est un conseil restreint de 500 membres qui formule des avis préparatoires, des conseils, avant les réunions de l’Ecclésia. Les citoyens pouvaient accéder à des magistratures qui étaient collégiales et annuelles. Ce sont des mandats exécutifs mais strictement contrôlés par le peuple. Le peuple participe aussi au tribunal populaire : l’Héliée. Il est composé de 6 000 citoyens, tirés au sort chaque année et qui jugent toutes les causes et litiges dans l’espace politique athénien.

 

II. Des limites majeures

 

La principale limite est d’abord celle de la restriction du corps civique. Le droit de citoyenneté est restreint. Une partie de la population athénienne ne participe pas à la vie politique. Ce sont d’abord les esclaves, les femmes et les métèques.

Certaines charges publiques, comme la stratégie, ne comportent pas de salaire et restent limitées à une étroite tranche d’hommes politiques qui ont les moyens et sont issus de grandes familles comme Périclès.

L’Athènes du Ve siècle a connu une grande stabilité politique et institutionnelle, montrant la qualité de sa démocratie, si l’on excepte la révolte des esclaves des mines du Laurion en 425 av. J.-C., qui se sont soulevés contre les conditions de vies déplorables dans un temps de guerre. La société esclavagiste qui perdure dans l’Athènes antique offre des conditions relativement meilleures aux esclaves, surtout en ville.

 

III. L’action décisive de Périclès

 

L’action de Périclès au Ve siècle a été décisive pour étendre la démocratie. Périclès reste stratège une vingtaine d’années, sous le contrôle du peuple. Par son intelligence, son éloquence et son désintéressement, il a amélioré les institutions de l’Athènes classique. Il fallait selon lui lutter contre les inégalités sociales et permettre à tous les citoyens, même pauvres, de participer à la vie de la cité. Il crée le misthos, la rétribution qui était donnée aux citoyens qui participaient aux institutions (Boulè et Ecclésia). Cela a permis à l’ensemble du corps civique de participer à cette démocratie directe.

Dans l’Athènes classique du Ve siècle, le démos c’est-à-dire le peuple, a rencontré le kratos, c’est-à-dire le pouvoir. Il s’agit d’un système démocratie dans le sens où la souveraineté va au peuple. Pierre Vidal-Naquet a parlé d’Athènes comme une « civilisation de la parole politique ».