Première > Histoire-Géographie > La France dans l'Europe des nationalités : politique et société (1848-1871) > Stage - Industrialisation et accélération des transformations économiques et sociales en France (jusqu'à 1850)

STAGE - INDUSTRIALISATION ET ACCÉLÉRATION DES TRANSFORMATIONS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN FRANCE (JUSQU'À 1850)

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Industrialisation et accélération des transformations économiques et sociales en France

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Le poids du monde rural

 

A. Un « monde plein », modeste et conservateur

La France du XIXe siècle est marquée par la ruralité, qui représente un « monde plein », modeste et conservateur :

- « Monde plein » : la population rurale représente 75 % de la population dans la première moitié du XIXe siècle. Du fait de la croissance démographique, les villages de France n’ont jamais été aussi peuplés.

- Monde modeste : comme le montre cette gravure d’un intérieur breton, on se contente de peu, la consommation est modérée. On reste exposés à de mauvaises récoltes et à la possibilité de disettes.

gravure

-  Société conservatrice : l’évolution politique de l’époque montre bien que, avec quelques différences entre les régions, les campagnes sont plutôt du côté de l’ordre et de la tradition. Le poids de l’Église y est important et le curé est un personnage influent. Lorsque Louis-Napoléon cherche la prorogation de son mandat présidentiel, il s’appuie beaucoup sur le monde des campagnes

 

B. Un monde en transformation

Ce monde connaît cependant des transformations. Il subit les premiers effets de l’industrie. Il connaît une petite révolution agricole avec de nouvelles façons de cultiver : des assolements, la jachère recule, les pâturages augmentent, avec des engrais. Tout cela permet d’obtenir de meilleures récoltes.

L’un des principaux acquis réside cependant dans l’accession à la petite propriété. Au XIXe se forme un monde de petits propriétaires (13 millions). Ils se montrent très méfiants face aux évolutions sociales car ils souhaitent garder leur patrimoine.

 

II. L’entrée dans l’âge industriel

 

A. Origine et développement

Deux éléments expliquent cet âge industriel :

- Un capital disponible et formé depuis l’Ancien Régime grâce au commerce, et sous la Révolution par l’acquisition des biens nationaux.

- Des évolutions techniques : ces innovations viennent d’Angleterre et sont acclimatées à la France dans les années 1830-1840.

 

B. Des conditions favorables

Une main d’œuvre disponible : elle s’est constituée grâce à l’accroissement démographique. Comme les premiers effets de l’industrialisation se font sentir dans les campagnes, les besoins sont moindres et tout cela se traduit par un exode rural qui apporte la main d’œuvre à la ville et à l’industrie.

Par ailleurs, l’esprit des acteurs politiques de l’époque est favorable au développement économique. La maxime de François Guizot « Enrichissez-vous » fait comprendre que la monarchie de Juillet est un régime libéral qui invite les individus à prospérer pour avoir le droit de voter, mais surtout à enrichir le pays. 

Cependant pendant que la révolution industrielle démarre en France, la question sociale s’accroît. Cette évolution économique se fait au détriment de la condition des travailleurs. La première loi sociale date de 1841 et ne fait que limiter le travail des enfants de moins de huit ans dans l’industrie.

Quelles sont les productions principales de l’époque ? Le textile, la métallurgie et les premières mines ainsi que le chemin de fer. Cette industrialisation a une grande répercussion sur la France agricole. La mécanisation et de nouvelles méthodes industrielles comme la chimie augmentent les rendements. Cependant l’influence de la recherche de l’enrichissement et du développement du capitalisme dans les campagnes s’est traduite un modèle qui vient d’Angleterre : l’enclosure (lorsqu’un grand propriétaire essaie de fabriquer de grandes propriétés productives au détriment des petits propriétaires, le plus souvent).

 

C. Une accélération sous le Second Empire

L'accélération de l’industrialisation et du développement économique se fait à partir du Second Empire et donc après 1850. Pour approfondir cette idée, deux exemples peuvent être étudiés :

- La constitution du chemin de fer français.

- Les travaux d’agrandissement et d’embellissement de Paris, à l’initiative du baron Haussmann.

Ce développement est soumis à des risques de crises. Ce ne sont plus des crises de sous-production, comme durant l’Ancien Régime, mais des crises de surproduction, quand l’industrie fabrique des biens qu’elle ne peut plus vendre. Si le monde agricole, au même moment, est appauvri par des mauvaises récoltes, il n’a pas les moyens pour consommer la production industrielle ce qui crée une crise.

 

III. Les transformations sociales

 

A. L’urbanisation

En 1846, la population urbaine représente un quart de la population totale (bien moins que l’Angleterre qui a commencé sa révolution industrielle plus tôt). On a décrété à cette date (1846) que le chiffre de 2 000 habitants marquerait la différence entre une agglomération rurale et une agglomération urbaine. Ce chiffre n’est plus pertinent aujourd’hui pour marquer la différence ville/campagne.

 

B. De lentes transformations sociales

Lentement, deux catégories sociales émergent :

- Le monde ouvrier : il devient de plus en plus important bien que des formes de travail industriel anciennes demeurent (travail à domicile, travail dans des manufactures peu mécanisées). Le monde de l’usine est en constante évolution. Ce monde ouvrier reste composé aux trois quarts de femmes et d’enfants sur 4 millions d’ouvriers.

- Une bourgeoisie : ils sont très attachés à la propriété et aux régimes qui se mettent en place : la monarchie constitutionnelle et ensuite la république.

 

C. Une particularité française ?

La France reste en retard dans ce mouvement d’industrialisation. Le poids de sa population rurale crée une inertie très forte. La France démarre sa révolution industrielle après la Grande-Bretagne, l’Allemagne, voire la Belgique. Le poids du monde rural reste dominant.

Se profile en plus un problème démographique : dès la deuxième moitié du XIXe siècle, la France fait moins d’enfants et ce faible dynamisme peut expliquer des performances économiques moins prestigieuses à la fin du siècle par rapport à l’Angleterre ou à l’Allemagne.