Première > Histoire-Géographie > La métropolisation : un processus mondial différencié > La France : la métropolisation et ses effets

LA FRANCE : LA MÉTROPOLISATION ET SES EFFETS

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La métropolisation en France et ses effets

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Métropolisation et effet sur le réseau urbain français

 

La France est un pays riche et développé, elle connaît donc a priori une urbanisation forte.

 

A. La France, un pays urbanisé

C’est un pays urbanisé de longue date et dont l’urbanisation a été relativement lente par rapport à des pays de même niveau économique comme l’Angleterre ou l’Allemagne. Il y a eu des phases d’accélération : les révolutions industrielles et la période des Trente Glorieuses après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, on considère que la France a un taux d’urbanisation de 80 % de la population, ce qui est le taux moyen des Nords.

 

B. Le phénomène de métropolisation

L’urbanisation doit être différenciée de la métropolisation. Une métropole est un espace urbain qui a des pouvoirs de commandement et exerce une attractivité sur son environnement. Les métropoles attirent les activités et les populations.

Métropolisation : phénomène par lequel les métropoles sont les principales bénéficiaires de la croissance urbaine au détriment des villes petites et moyennes. L’urbanisation augmente surtout au bénéfice de ces métropoles qui sont les espaces urbains les plus attractifs.

Il y a une hiérarchie métropolitaine en France : Paris est une ville-monde de rang international. Il existe aussi des métropoles nationales (Lille ; Lyon ; Marseille), voire régionales (Bordeaux ; Nantes).

 

II. Les conséquences spatiales

 

A. Extension

La première conséquence réside dans l’expansion de ces métropoles qui entament les espaces intermédiaires et notamment les espaces ruraux.

Sur ce schéma, on distingue bien la ville-centre, c’est-à-dire la ville traditionnelle, autour de laquelle se sont formées des banlieues, essentiellement au cours du XXe siècle.

 

Aujourd’hui, l’extension va au-delà de cette banlieue et ces nouveaux espaces sont nommés périurbains.

 

B. De nouveaux espaces

Ces espaces de la couronne périurbaine sont intégrés aujourd’hui dans les problématiques urbaines. Ces espaces sont des espaces mixtes. Ils ne sont plus tout à fait la ville, mais pas encore la campagne. Ce sont souvent des habitations sous forme de lotissements dont la densité est suffisamment importante pour être appelée une agglomération urbaine.

 

C. La notion d’aire urbaine

Ces couronnes périurbaines sont centrales dans la définition d’une aire urbaine.

Aire urbaine : espace dans lequel on trouve un pôle urbain qui est une métropole de taille importante.

Il faut que cette métropole offre au moins dix mille emplois accessibles aux individus dans la région environnante. Il faut que 40 % des habitants des communes dans la région environnante vivent dans le pôle urbain. 

C’est une définition compliquée qui a des inconvénients. En effet, elle inclut dans les espaces urbains des personnes qui vivent dans des petites communes rurales dans l’aire urbaine mais qui ne vivent pas vraiment à la mode urbaine.

La définition d’aire urbaine a donc tendance à exagérer la population urbaine de la France. Si on compte vraiment la population de toutes les aires urbaines de France, on arrive à un taux d’urbanisation de 90 %, ce qui est exagéré.

 

III. Conséquences économiques et sociales

 

Les conséquences économiques et sociales peuvent être comparées à celles étudiées à travers le monde.

 

A. Concentration de richesses et des activités

Les métropoles concentrent les activités, les richesses et les moyens techniques comme les moyens de communication. Ce sont également les lieux du pouvoir politique, notamment dans un pays comme la France et sa tradition centralisatrice avec Paris. Ce sont aussi les lieux de commandements économiques (sièges sociaux d’entreprise) ou de commandements culturels (équipements universitaires ou culturels).

 

B. Gentrification

Fatalement, des métropoles qui concentrent les fonctions de commandement attirent des populations qualifiées. On parle alors d’embourgeoisement des métropoles et plus précisément de gentrification.

- Gentrification : conquête des anciens quartiers populaires par des catégories sociales aisées.

Ces catégories aisées occupent des nouveaux quartiers, les transforment mais font aussi augmenter le prix de l’immobilier.

 

C. France métropolitaine / France périphérique

Le phénomène métropolitain peut donc engendrer des inégalités territoriales. On a le sentiment aujourd’hui d’une France métropolitaine qui serait plutôt aisée et dynamique, bien connectée à l’espace mondial. En face, on a une France périphérique qui est en dehors de ces aires urbaines. Il existe des petites villes isolées, des campagnes, qui seraient moins prises en compte par les pouvoirs publics.

Le phénomène de métropolisation a renforcé le poids de Paris comme ville-monde alors même que pendant longtemps la politique de décentralisation a voulu compenser ce poids, par la création de métropoles d’équilibre.

On voit que les enjeux sont complexes mais il y a une dynamique globale qui tend au renforcement de la métropolisation qui est constatable dans le monde, mais aussi en France.