Première > SES > Sujets contrôle continu > Le processus de socialisation

LE PROCESSUS DE SOCIALISATION

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Qu'est-ce que la socialisation ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

On peut s’interroger sur la manière dont on apprend à vivre en société, dont on devient des acteurs sociaux, dont on peut s’intégrer dans une société qui existe, qui a ses codes, etc. On peut devenir un acteur social grâce à la socialisation. La socialisation en sociologie est un processus d’apprentissage par lequel les individus apprennent les normes et les valeurs propres à la société dans laquelle ils vivent.

 

I. Processus et intériorisation

 

Le terme processus montre que la socialisation est toujours en cours, elle n’est jamais finie. La socialisation commence à la naissance et se poursuit jusqu’à la mort. On apprend à vivre en société toute sa vie, simplement parce que la société évolue et que nous, individus, pouvons nous insérer dans des univers différents qui peuvent avoir des codes différents. C’est donc un processus qui dure tout au long de la vie.

L’intériorisation est le fait que ce qu’on apprend s’imprègne en nous pour devenir complétement naturel, devenir des réflexes : on incorpore, on intériorise.

 

II. Norme et valeur

 

Par la socialisation, on intériorise des normes et des valeurs. Une valeur est un idéal, un principe moral propre à une société qui permet aux individus de classer les comportements souhaitables ou acceptables par la société. Cela se fait par la distinction entre le bien et le mal. Par exemple, la société française a des valeurs de politesse, de respect, d’honnêteté, etc. On est tous censé les partager et les apprendre lors de la socialisation. Ces valeurs prennent chair dans des normes. Une norme est une règle de comportement formelle (rendue obligatoire par la loi) ou informelle (sociale, tacite, qui organise la vie de la société). La valeur politesse se traduit, par exemple, dans la norme par dire bonjour quand on arrive dans une pièce. C’est une règle informelle : on n’a pas d’amende si on ne dit pas bonjour, mais il y a réprobation sociale. La valeur honnêteté se traduit par ne pas mentir. C’est une règle informelle dans la vie quotidienne, mais qui devient formelle dans le cadre judiciaire : la loi condamne le mensonge face à un juge ou un policier (faux témoignage). Ne pas tricher à un examen est aussi une règle formelle.

 

III. Les modes de socialisation

 

Pendant le processus de socialisation donc, on incorpore, on fait nôtres des règles et des valeurs partagées par les membres d’une société, qui nous permettent d’en faire partie et d’interagir avec les autres. Pour intégrer ces normes, on distingue en général trois grands types de procédés de socialisation :

- l’imitation : on regarde les autres faire et on fait pareil (apprentissage de la marche,de la parole),

- l’inculcation : un autre individu nous dit comment faire (utilisation des couverts, faire ses lacets),

- l’injonction : par un ordre (dire bonjour à la dame, dire merci, etc.).

Ce sont les trois grands modes de socialisation par lequel on devient un acteur social et par lesquels on apprend les normes de la société dans laquelle on vit.