Quatrième > Français > Vocabulaire et étude du texte > Synonymes et antonymes

SYNONYMES ET ANTONYMES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les antonymes et les synonymes

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les antonymes sont des mots qu’on utilise pour désigner des mots de sens contraire alors que les synonymes sont les termes qu’on utilise pour désigner des mots de sens proche.

 

I. Antonymes

 

Avancer et s’arrêter, dans les cas des verbes.

Noir et blanc, dans le cas des adjectifs.

Obscurité et lumière, dans le cas des noms.

 

Les antonymes font référence à des réalités qui ne peuvent pas exister en même temps. On ne peut pas s’arrêter et avancer en même temps. Théoriquement, un objet ne peut pas être à la fois noir et blanc, on ne peut pas non plus être à la fois dans l’obscurité et dans la lumière. Les antonymes désignent des réalités qui s’excluent.

 

II. Synonymes

 

Des synonymes sont des mots de sens proche voir identiques. Il y a souvent des nuances qui sont attachées à plusieurs synonymes.

Par exemple, pour le mot « peur » il y a beaucoup de synonymes : « crainte, effroi, inquiétude, angoisse, anxiété, trac… ». Mais ces synonymes ne disent pas tous la même chose. Ils sont différents dans l’intensité, par exemple : il y a plus de peur dans « effroi » que dans « peur » : quand on est « effrayé » on a très peur. Le mot « inquiet », étymologiquement, veut dire « ne pas être tranquille ». Quand on n’est pas tranquille, on n’est pas dans un état de peur très intense. Quand on craint quelque chose, la « crainte » est dirigée vers un objet en particulier, ce n’est pas une peur générale. « L’angoisse » et « l’anxiété » sont deux termes qu’on associe en général avec la psychologie, de manière scientifique ou clinique, car ce sont des termes un peu techniques. « Le trac » concerne plutôt les comédiens ou artistes qui vont entrer en scène, donc c’est très spécifique.

Avec ces exemples, on remarque que les sens des mots sont proches et même s’ils sont échangeables, à chaque fois on introduit une nuance. Quand on utilise un synonyme, il faut essayer de comprendre pourquoi on en utilise un plutôt qu’un autre.

 

Pour trouver des synonymes on peut passer aux différents registres de langue.

Par exemple : la « peur » est un mot de registre courant, qui n’est pas exceptionnel. Si on cherche un mot plus élaboré de registre soutenu, on peut utiliser « inquiétude » ou « angoisse ». A l’opposé, si on veut utiliser un mot d’un registre familier, on peut dire « frousse » ou « avoir les pétoches ».