Quatrième > Histoire-Géographie > Société, culture et politique dans la France du XIXe siècle > Stage - Une difficile conquête : voter de 1815 à 1870

STAGE - UNE DIFFICILE CONQUÊTE : VOTER DE 1815 À 1870

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Voter en france (1815 - 1870)

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Voter est un acte politique qui sert à élire ses représentants. Il y a eu différentes formes de vote entre 1815 et 1870. La succession de régimes politiques différents explique en partie les différentes variations dans la définition et dans l’exercice du vote sur cette période.

 

I. Voter lors des monarchies constitutionnelles (1815-1848)

 

De 1815 à 1848, trois monarchies constitutionnelles, et donc trois rois différents, se succèdent :

- Louis XVIII

- Charles X

- Louis-Philippe Ier (une monarchie aussi appelée la « monarchie de Juillet »)

Lorsque Louis XVIII arrive au pouvoir, il crée une Charte constitutionnelle afin de gagner la confiance du peuple. Cette Charte limite les pouvoirs du roi, qui conserve le pouvoir exécutif, et délègue les deux autres pouvoirs (législatif et judiciaire) aux députés (qui sont élus) et à la justice.

La Charte constitutionnelle définit le droit de vote : réservé aux hommes âgés de plus de 30 ans, ils doivent payer un impôt, le cens, pour avoir le droit de voter. Ce mode d’élection s’appelle le suffrage censitaire. Cet impôt implique que les citoyens qui possèdent le droit de voter sont ceux qui possèdent une certaine richesse et forment une élite.

Lors du règne de Louis XVIII, des réseaux d’influence se mettent en place et certains députés achètent le vote de citoyens. Cette pratique de la corruption a été critiquée par le caricaturiste Honoré Daumier, sous la monarchie de Juillet, dans une caricature (ci-dessous) qui représente Louis-Philippe en poire qui achète les électeurs pour qu’ils votent pour ses députés.

 

 

II. Voter lors de la Deuxième République (1848-1852)

 

L’instauration de la Deuxième République transforme le droit de vote. Toujours réservé aux hommes (les femmes obtiennent le droit de vote en 1944), l’âge minimal pour voter est cependant abaissé et le cens est supprimé : c’est le suffrage universel masculin. Tous les hommes, qu’ils soient bourgeois ou ouvriers, peuvent voter. Cependant, certains hommes politiques continuent à manipuler une partie des citoyens pour qu’ils votent dans leur sens.

 

III. Voter lors du Second Empire (1852-1870)

 

Le Second Empire est le régime instauré par Louis-Napoléon Bonaparte, ou Napoléon III, ancien président de la Deuxième République. Napoléon III maintient le suffrage universel masculin, mais la pratique du vote change.

 

A. Le plébiscite

En effet, Napoléon III instaure le plébiscite, qui peut être considéré comme l’ancêtre du referendum, c’est-à-dire que l’empereur pose une question aux citoyens, et ils doivent y répondre par oui ou par non.

Le plébiscite permet parfois une manipulation de certains électeurs, comme le montre une autre caricature (ci-dessous) d’Honoré Daumier, qui montre deux paysans qui se font induire en erreur par le maire d’une commune. En effet, les personnes n’ayant pas accès à une éducation n’ont pas de conscience du vote et sont vulnérables aux influences extérieures.

 

- M’sieu l’maire quoi donc que c’est qu’un bibiscite ?

- C’est un mot latin qui veut dire Oui.

 

B. Les candidatures officielles

Lors du Second Empire, Napoléon III met en place les « candidatures officielles », c’est-à-dire que certains hommes politiques importants, comme des préfets par exemple, influencent les maires des communes pour qu’ils votent pour le candidat de Napoléon III lors des élections des députés.

 

Conclusion

 

Pendant ces années se met en place la pratique du vote. Cependant, aujourd’hui, les lois et les pratiques relatives au droit de vote sont différentes.

Pour les citoyens français, le droit de vote est obtenu à 18 ans, les femmes et les hommes peuvent voter et sous réserve de la présentation d’une carte d’électeur, les électeurs votent à bulletin secret dans un isoloir. Cette pratique est récente et n’avait pas lieu lors des monarchies constitutionnelles. Il existe un exemple célèbre qui le montre : lors du serment du Jeu de Paume, les députés votent la création d’une constitution à main levée.