Seconde Générale > Français > La littérature d’idées et la presse du XIXe au XXIe siècles > Littérature d'idées


Télécharger la fiche de cours

Définition

La littérature d’idées est un texte d’argumentation. La littérature d’idées, à la différence de l’argumentation, a une visée esthétique. Il ne s’agit pas seulement d’argumenter mais également d’en faire une œuvre littéraire. Pour parvenir à ce résultat, la littérature d’idées est construite autour d’un travail sur la langue. Les idées présentes dans la littérature d’idées peuvent être directes ou indirectes :

- L’argumentation directe : défense d’une idée par un auteur. Le but de l’auteur est de convaincre le lecteur.

- L’argumentation indirecte : défense d’une idée introduite dans un texte ; elle n’apparaît pas explicitement. Généralement, l’argumentation indirecte s’inscrit dans une histoire.

 

Genre

- L’essai : ce genre littéraire a été inventé par Montaigne au XVe siècle. Il s’agit d’un genre libre. L’auteur n’a pas pour but de convaincre le lecteur. Il présente simplement son point de vue.

- Le manifeste est un genre dans lequel l’auteur défend une idée en affirmant sa légitimité et en étiquetant des règles. Par exemple, Le Manifeste du surréalisme écrit par André Breton en 1924.

- Le discours ressemble à l’essai. L’auteur présente une idée. Il tente de convaincre son auditeur. Pour étayer son idée, l’auteur propose un certain nombre d’exemples pertinents, de préférence d’actualité pour parler au plus grand nombre.

- L’article de presse est un genre dans lequel l’auteur présente des faits objectifs.

- Le débat s’organise autour d’une idée que plusieurs personnes tentent de défendre ou, au contraire, de réfuter. L’issue du débat permet au lecteur de se faire son propre point de vue.

- La plaidoirie est un discours juridique, exprimée par un avocat dans le cadre d’un procès pour défendre ou accuser une personne. C’est le moment où l’avocat doit faire preuve d’éloquence pour convaincre le jury.

- La critique littéraire et artistique. De nombreux auteurs se sont tournés vers la critique pour donner leur point de vue sur une œuvre. La critique existe depuis le XVIIIe siècle. La critique permet de comprendre la vision d’un auteur sur la littérature. Elle peut amener à des controverses et des procès.

 

Forme

Au XIXe siècle et au XXe siècle, la littérature d’idées est toujours en prose. L’auteur s’adresse directement au lecteur au travers d’un discours. Il peut se mettre en retrait et présenter son idée par le biais d’un récit.

 

Auteurs

XIXe siècle :

- Emile Zola est un auteur, journaliste et critique d’art. Il publie un article de presse, dans le journal L’Aurore, intitulé J’accuse dans lequel il prend la défense d’Alfred Dreyfus, militaire innocent, accusé à tort d’avoir livré des informations confidentielles à l’Allemagne. Dreyfus était le coupable idéal, en raison de sa religion, le judaïsme, car l’affaire se déroule sur fond d’antisémitisme.

- Gustave Flaubert et Charles Baudelaire ont dû défendre leurs œuvres littéraires, Madame Bovary pour Flaubert et Les Fleurs du mal pour Baudelaire, au cours d’un procès en 1857.

 

XXe siècle :

- Jean-Paul Sartre, Albert Camus ou encore André Malraux sont des auteurs engagés qui prennent partis et exposent, par le biais de la littérature et de la presse, leurs idées et conceptions de la société contemporaine.