Seconde > Histoire-Géographie > L'Afrique australe : un espace en profonde mutation > Les défis de la transition et du développement

LES DÉFIS DE LA TRANSITION ET DU DÉVELOPPEMENT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les défis de la transition et du développement

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. De nombreuses transitions

 

A. Les transitions politiques

La première transition politique effectuée est le passage de pays colonisés à des pays indépendants. En Afrique australe, ces transitions ont été tardives par rapport au reste de l’Afrique. En effet, la majorité des pays d’Afrique ont obtenu leur indépendance à partir des années 1960. Pour l’Afrique australe, c’est beaucoup plus tardif. Prenons l’exemple du Mozambique qui accède à l’indépendance du Portugal en 1975 ou de la Namibie en 1990. Ces phases de décolonisation ont ensuite débouché dans certains pays sur de nombreuses tensions. C’est le cas du Mozambique qui a connu une guerre civile de 1977 à 1992.

La dernière transition politique est la fin de l’apartheid, c’est-à-dire de la ségrégation entre les blancs et les noirs. Elle avait cours dans plusieurs pays et notamment en Afrique du Sud où elle a duré jusqu’en 1991.

 

B. Les transitions démographiques

La transition démographique est le passage d’un régime démographique traditionnel, marqué par une forte natalité et une forte mortalité, à un régime démographique moderne marqué par une faible natalité et une faible mortalité. Lors du passage entre ces deux régimes démographiques, il y a une forte croissance démographique.

Cette transition est terminée, notamment en Afrique du Sud. Pourtant, dans d’autres pays comme le Mozambique ou comme Madagascar, elle continue. En effet, beaucoup de pays sont encore à la première ou à la deuxième phase de la transition démographique et la population de la région va être multipliée par deux d’ici 2050.

Cependant, cette zone est touchée par un autre problème sanitaire de taille : le virus du sida. Dans des pays comme l’Eswatini et le Lesotho, plus de 25 % de la population est atteinte par le virus du VIH. L’ensemble des pays de la zone connaissent un fort taux de contamination par cette maladie. La conséquence directe est une mortalité très élevée et une espérance de vie très faible. En Angola, l’espérance de vie est de 52 ans, et au Lesotho, elle est de 54 ans. Ces pays font partie des pays au monde où l’espérance de vie est la plus basse.

 

C. Les transitions économiques

La majorité des pays africains sont peu intégrés à la mondialisation mais on observe une forte progression de leur insertion dans la mondialisation. Cette progression est portée par l’Afrique du Sud, qui est un pays émergent et qui effectue de plus en plus d’échanges avec le reste du monde.

Cette hégémonie de l’Afrique du Sud est de plus en plus contrebalancée par l’émergence d’autres pays tels que l’Angola, qui repose sur l’exploitation du pétrole, ou le Mozambique, qui repose sur l’exploitation du gaz naturel.

Le principal défi économique que doit affronter la région est le manque de croissance endogène. En effet, la croissance économique est surtout portée par l’exportation de matières premières et non pas par la consommation intérieure. C’est donc un important défi que devra affronter la région : développer sa propre consommation intérieure.

Enfin, on observe une volonté d’intégration entre les pays de la zone, mais cette intégration est encore très freinée et rencontre de nombreux obstacles. Elle constitue néanmoins une voie importante à suivre pour ces pays pour permettre l’émergence et permettre une croissance plus soutenue dans la région.

 

II. De profondes inégalités

 

A. Des inégalités intrarégionales

Ces inégalités sont d’abord intrarégionales, c’est-à-dire entre les différents pays de la région. Le pays le plus riche de la région et qui a longtemps été le pays le plus riche d’Afrique, est l’Afrique du Sud qui fait partie des BRICS, ce groupement de pays émergents. Deux autres pays se distinguent ensuite : la Namibie et le Botswana qui ont un revenu moyen par habitant supérieur à 10 000 dollars par année. Tous les autres pays de la zone font partie des PMA (pays les moins avancés) et connaissent donc de grands problèmes de développement de leur économie mais aussi des grandes difficultés sociales.

 

B. Des pays très inégalitaires

On observe dans la région une amélioration de la situation sociale : un recul de la mortalité infantile, une hausse de la scolarisation. Tout de même, cette région reste la plus inégalitaire du monde. Ces inégalités s’expliquent en grande partie par les héritages coloniaux, les héritages de la ségrégation raciale. Dans des pays comme l’Afrique du Sud, les blancs continuent à posséder la majorité du capital économique du pays. Certains pays comme le Botswana ont mis en place des nombreuses mesures sociales pour essayer de répartir un peu mieux les richesses nationales. D’autres pays comme le Zimbabwe ont essayé des mesures en redistribuant notamment les terres aux populations noires en les prenant aux populations blanches. Néanmoins, cette réforme, qui a été malmenée, a abouti à une chute drastique de la production agricole de ce pays qui était exportateur jusqu’à la réforme et qui a connu ensuite un grand déficit de la production agricole.

 

Conclusion

 

Ainsi cette région, qui a mené de nombreuses transitions, a un défi très important qui se pose au XXIe siècle : celui de diminuer les profondes inégalités qui la caractérisent.