Seconde > SVT > Enjeux planétaires contemporains > Sols et rendement

SOLS ET RENDEMENT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les étapes de la formation d'un sol

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Ce cours illustre les étapes de formation d’un sol. Le sol est l’interaction entre la biologie et la géologie puisque c’est un mélange de matière organique vivante et de matière minérale inerte.

 

 

I. Étape 1 : la roche mère originelle

 

Tout commence au niveau d’une roche mère, comme une roche mère continentale, du granit par exemple. Par le biais d’altérations mécaniques et chimiques, cette roche mère se fracture, se dégrade et s’altère. Le gel et le dégel engendrent des craquements et des craquelures au sein de la roche, des fractures. La pluie induit une altération chimique : une dissolution des minéraux présents dans la roche. Au temps 1, il y a donc une fragmentation de cette roche mère par l’action mécanique du froid, du gel et du dégel ou encore du vent, et une dissolution par le biais de l’eau de pluie plus ou moins acide.

 

II. Étape 2 : la mise en place du sol

 

Le temps passe, et apparaît un début de colonisation de cette roche par des végétaux pionniers, qui sont peu exigeants d’un point de vue écologique. Des spores arrivent, des grains, et à la suite d’une germination, apparaissent différents types de végétaux pionniers comme les lichens, les mousses, etc., puis des plantes comme les fougères, etc. Ces végétaux pionniers apportent de la matière organique. Par le processus de photosynthèse, on voit changer au niveau du sol du carbone minéral en carbone organique. Ces végétaux, par leurs racines principalement, accélèrent le processus d’altération de la roche. Les racines exercent une action mécanique et altèrent la roche en poussant. Elles exercent également une action chimique puisque l’absorption racinaire produit des sorties d’ions, notamment des ions H+ très acides qui altèrent la roche chimiquement. Il a alors création d’une litière, un ensemble de débris végétaux, associés en dessous à l’humus, un mélange de matière organique en processus de décomposition par des microorganismes décomposeurs et de matière minérale. Enfin, un horizon d’accumulation commence à se créer : des éléments lessivés par l’eau s’accumulent. C’est le début de la mise en place au sens strict du sol avec un ensemble de strates parallèles avec du mélange organique et du mélange minéral.

 

III. Étape 3

 

Enfin, le temps passe, et si le climat est propice à l’installation de végétation, se développent des végétaux très diversifiés comme des arbres, des arbustes et des herbes. Ces végétaux sont accompagnés d’une faune importante. Au niveau de la faune, des organismes indispensables à l’aération du sol sont les vers de terre, aussi appelés lombrics. Autres organismes, les insectes, les champignons, et les bactéries qui jouent un rôle important dans la décomposition de l’humus. La litière s’épaissie. En dessous, l’horizon d’accumulation est toujours présent. En dessous, l’horizon d’altération de la roche mère continue de se creuser : les végétaux ont des racines qui dégradent le sol mécaniquement et chimiquement, par des processus comme les sorties d’ions. Un sol est composé de divers horizons. On les nomme A0 pour la litière, A1 pour l’humus, B pour l’horizon d’accumulation et C pour l’horizon d’altération de la roche mère.

 

Conclusion : Une citation de Dokoutchaïev, un scientifique russe qui en 1894 a créé la première chaire de pédologie, la science qui étudie les sols. Il décrit le sol comme l’interaction entre divers facteurs : le climat, la roche mère, la flore, la faune et le relief puisqu’un relief plus ou moins pentu engendre un sol plus ou moins épais.