Sixième > SVT > L'origine de la matière organique et son devenir > Les besoins nutritifs des végétaux

LES BESOINS NUTRITIFS DES VÉGÉTAUX

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les besoins nutritifs des végétaux

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Grandir c’est produire. Ce qui définit le mieux un être vivant c’est le fait qu’il se nourrisse, grandisse et se reproduise. Un végétal est aussi un être vivant, il grandit donc, et pour grandir, il a besoin de se nourrir. On se rend bien compte qu’il y a une différence de taille entre une plantule, graine qui a germé, et des arbres comme le séquoia géant qui peut atteindre une fois mature jusqu’à 50 voire 80 mètres de haut. Pour passer de la plantule à cet arbre gigantesque, il a donc fallu produire de la matière, telle que des tissus, du bois ou de la sève.

 

I. Organes principaux des végétaux

 

Les principaux organes des végétaux sont les racines, en général souterraines dans le sol, de ses racines se développeront à l’air libre une ou plusieurs tiges, puis des feuilles, et à la base de ces feuilles se trouveront des bourgeons. Quand les plantes sont matures, les bourgeons vont éclore et donner naissance à des fleurs. Ces éléments constituent donc de la matière organique, puisqu’elle est produite par un être vivant. La matière organique est à opposer à la matière minérale qui va être issue de la roche par exemple.

 

II. Nutrition chez les végétaux chlorophylliens

 

Le terme chlorophyllien est un mot scientifique pour dire des végétaux qu’ils sont verts. La chlorophylle est un élément qui donne la couleur verte à ces végétaux chlorophylliens. Tous les végétaux ne sont cependant pas chlorophylliens. 

 

 

Un végétal chlorophyllien a tout d’abord besoin d’absorber de l’eau au niveau des racines. Il faut que le sol soit riche en eau pour que le végétal puisse se nourrir correctement. Autres éléments essentiels à la nutrition des végétaux : les sels minéraux. Ces sels minéraux sont présents dans la terre et permettront au végétal de se nourrir correctement. Les sels minéraux sont nombreux : on peut penser au phosphore, au potassium. Attention toutefois, un végétal ne mange pas de terre, il ne va prélever dans la terre que les sels minéraux.

Exemple : la plupart des végétaux, comme les légumes, proviennent d’une culture qu’on dit hors sol : on va pouvoir cultiver des plants de tomates, par exemple, sur des tapis d’eau enrichis en sels minéraux. Il n’y a alors pas de terre et pourtant, ces racines baignent dans ce liquide nourricier riche en sels minéraux et cela leur suffit amplement.

Mais les végétaux ne vont pas se nourrir uniquement par les racines, ils vont aussi le faire au niveau des feuilles. Pour se faire, ils vont avoir besoin du rôle du soleil et de la lumière. La lumière va être essentielle à une bonne nutrition des végétaux. Sans elle, les végétaux seront incapables de prélever un gaz chimique qui est présent naturellement dans l’atmosphère : le dioxyde de carbone ou CO2. Sans ce gaz, les végétaux chlorophylliens sont incapables de grandir, de pousser, et donc de former des tissus. Ce phénomène lié à la lumière et à l’absorption de CO2 au niveau des feuilles s’appelle la photosynthèse. Les végétaux vont donc se nourrir grâce à ce phénomène de photosynthèse.

 

III. Bilan

 

Cette nutrition végétale fait donc appel à ce qu’on appelle la photosynthèse, cette absorption d’un gaz particulier, le CO2, grâce à l’action de la lumière. Les végétaux chlorophylliens vont se nourrir d’eau, de sels minéraux, de CO2 et de lumière, des éléments qui ne sont donc issus que de la matière minérale, car aucun n’est d’origine organique. Un végétal ne fonctionne donc pas comme les autres êtres vivants. Comme un végétal grandit, on dit que c’est un producteur de matière et comme il ne grandit exclusivement qu’à partir d’éléments d’origine minérale, on dit que c’est un producteur primaire, car c’est le premier maillon de la chaîne alimentaire.