SVT


I. Stress aigu VS chronique

 

H. Selye fut l’un des premiers chercheurs à travailler précisément sur les situations de stress chez les animaux et chez l’humain. Il a défini différentes phases dans le temps pour des situations de stress.

stress-chronique3

Il n’y a pas d’unités pour le temps en abscisse car une situation stressante peu durer de quelques minutes à plusieurs jours, ou mois. En ordonnée, on a le niveau de stress de l’organisme. C’est le niveau de stress qui traduit l’état des organes et hormonal dans lequel se trouve l’organisme.

On démarre de la situation d’équilibre (homéostasie) puis la situation de stress se déclenche avec une situation d’alarme. C’est là, dans les premières secondes du stress, que l’adrénaline est produite. Puis, il y a une phase de résistance au cours de laquelle l’organisme se bat pour revenir à une situation d’équilibre. Enfin, il existe une dernière phase : la phase d’épuisement.

Si le stress dure trop longtemps, l’organisme est dans un état d’épuisement et n’arrive plus à faire face au stress. Aujourd’hui, on parle plus souvent de stress aigu ou chronique plutôt que de ces trois phases décrites par Selye. Le stress chronique est le stress qui s’installe lorsque les agents stresseurs sont trop intenses, nombreux, fréquents ou durables. Par exemple lors de situations stressantes au travail comme avec le burn-out (lorsque l’organisme entier n’est plus capable de répondre aux situations stressantes et lorsque plusieurs fonctions lâchent dans l’organisme). Ce stress chronique est dû à la multiplication ou à la trop longue durée des agents stresseurs.

 

II. Détection du stress chronique

 

Le diagnostic du stress chronique peut être décrit par une sensation de mal-être provoquée par le stress permanent d’un individu mais cette sensation n’est pas toujours identifiée par l’individu qui est chroniquement stressé.

On peut également identifier un stress chronique en faisant une prise de sang et en quantifiant la cortisolémie qui sera constamment élevée. Normalement, il existe un rythme de production du cortisol dans la journée : la cortisolémie s’élève en réponse au stress mais redescend ensuite. Si la cortisolémie est constamment élevée et qu’on a écarté d’autres situations pathologiques comme des cancers, c'est le signe d’un stress chronique.

Il peut y avoir d’autres symptômes comme une obésité particulière avec des zones bien identifiées (joues, ventre, lié à l’action du cortisol). Cela peut être lié aussi à des problèmes d’hormones sexuelles (baisse de libido, problème d’infertilité ou de dérèglement du cycle chez la fe

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.