Terminale Economique et Sociale > Philosophie > Dissertations > Annale - Peut-on être insensible à l’art ?

ANNALE - PEUT-ON ÊTRE INSENSIBLE À L’ART ?

Tu dois disposer d'un abonnement
pour regarder la vidéo

L'abonnement aux Bons Profs permet de profiter de toutes les vidéos de rappels de cours dans toutes les matières de la 6e à la Terminale.

Ces vidéos sont présentées par des professeurs de l'Education nationale et permettent de revoir en quelques minutes toutes les notions du cours.

Demande à tes parents de te créer un compte. C'est très simple et tu pourras démarrer tes révisions immédiatement.

L'ART - PARTIE 1

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Le mot « art » vient étymologiquement de technè, la technique en grec. « Art » voulait dire technique, il n’y avait pas de distinction entre l’artiste et l’artisan. Cette distinction apparait au XVIIIe siècle lorsque l’Académie a distingué l’ordre des arts mécaniques, l’artisanat, de l’ordre des Beaux-Arts, ce que l’on appelle aujourd’hui l’art. Pourquoi distingue-t-on l’art et la technique ? Un objet technique a une utilité, c’est un moyen pour une fin, par exemple un outil ou un marteau. Une œuvre d’art ne sert à rien, elle est inutile, c’est une fin en soi. Dans l’art, il y a une dimension esthétique fondamentale : une œuvre d’art est censée susciter des émotions, ce qui n’est pas l’essence de l’objet technique bien que cela puisse arriver. C’est l’objet du design de faire des objets à la fois technique et artistique. La première question qui se pose est d’où vient la création artistique ?

 

I. Le génie comme miracle

La première réponse est le génie : seuls les êtres de génie sont capables de créer des œuvres d’art. Le génie est un don, quelque chose reçu à la naissance et qui permet de créer par une inspiration subite. C’est donc quelque chose d’un peu mystérieux.

Cela est si mystérieux que l’on a parfois fait du génie un don divin, comme si l’artiste créait parce qu’il était inspiré par les dieux. C’est l’idée de Platon dans un de ses textes qui s’appelle Ménon : l’artiste est celui qui est possédé par la Muse. Il perd de la raison et se met à créer parce qu’il est inspiré par une entité supérieure à lui. Dans son poème Ma Bohème, Arthur Rimbaud dit la même chose quand il écrit : « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ; Mon paletot aussi devenait idéal ; J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal &ra

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.