Terminale Economique et Sociale > SES > Économie du développement durable > Stage - Croissance et préservation de l'environnement

STAGE - CROISSANCE ET PRÉSERVATION DE L'ENVIRONNEMENT

Exercice d'application


Économie du développement durable

  • Exercice : Dissertation s’appuyant sur un dossier documentaire

     

    Voici le sujet tel que présenté le jour de l’épreuve. Pour aujourd’hui, nous te demanderons de répondre aux questions ci-dessous numérotées de 1 à 3.

    Il est demandé au candidat :

    - de répondre à la question posée par le sujet ;
    - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ;
    - de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ;
    - de rédiger en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d'un plan cohérent qui 
ménage l'équilibre des parties.


    Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. 


     

    Sujet : La croissance économique est-elle compatible avec le développement durable ?

     

    Questions

    1) Présente chaque document ci-après en quelques lignes en montrant les informations que l’on peut en tirer par rapport au sujet ainsi qu’un exemple chiffré.

    2) Définis la problématique pour ce sujet.

    3) Propose un plan détaillé (parties et sous-parties) pour ce sujet.

     

    Document 1 : Émission de CO2 due à la combustion d'énergie 

     

    Part en %

    Évolution 2004-2005 en %

    Évolution 1990-2005 en %

    Amérique du Nord

    26,3

    + 0,6

    + 21,2

    dont : États-Unis

    22,8

    + 0,4

    + 19,9

    Amérique latine

    3,5

    + 2,5

    + 55,6

    Europe et pays de l'ex-URSS

    24,5

    − 0,2

    − 16,7

    dont UE à 27

    14,7

    − 1,1

    − 3,1

    Afrique

    3,1

    + 3,3

    + 51,9

    Moyen-Orient

    4,6

    + 5,5

    + 111,4

    Extrême-Orient

    36,5

    + 6,9

    + 94,6

    dont : Chine

    20,8

    + 11,2

    + 127,3

    Inde

    4,2

    + 3,3

    + 95,5

    Océanie

    1,5

    + 5,8

    + 46,4

    dont Australie

    1,4

    + 6,2

    + 45,1

    Monde

    100

    + 3,1

    + 29,1

    Source : Direction générale de l'énergie et des matières premières, « Les émissions de CO2 liées à la combustion d'énergie dans le monde en 2005 », Énergies et matières premières, novembre 2007.

     

    Document 2 : Un effet externe négatif

    L'analyse économique considère la pollution comme un effet externe1 négatif lié à l'utilisation gratuite d'un bien d'environnement. Cette gratuité va conduire à son gaspillage, sa dégradation ou pire, son épuisement. En effet, pour que l'allocation efficace des ressources rares puisse se réaliser dans une économie de marché, il faut que les agents économiques supportent les conséquences de leurs actes, qu'ils en paient le prix […].
    Si la dégradation de l'environnement est considérée comme une défaillance du marché, l'État peut soit se substituer à celui-ci, soit le corriger. L'État assure la réalisation d'actions de protection et de restauration de l'environnement qui donnent lieu à des dépenses publiques (gestion des déchets, épuration des eaux). Mais il agit aussi comme un régulateur du marché, obligeant ou incitant les agents économiques à modifier leurs comportements dans un sens favorable à l'environnement. La typologie (d'actions) la plus simple oppose les instruments réglementaires aux instruments économiques. Les premiers imposent des contraintes, les normes par exemple ; les seconds agissent sur le système de prix afin de fournir aux agents les incitations monétaires destinées à modifier leurs comportements. Ce sont les taxes, les subventions et les marchés de permis d'émission.

    Source : Annie Vallée, « Développement et environnement : les solutions économiques aux problèmes environnementaux », Cahiers français, n° 337, mars-avril 2007.

     

    1. Effet externe (ou extemalité) : expression utilisée pour désigner toute situation où les activités d'un agent économique ont des conséquences sur le bien-être d'autres agents, sans qu'il y ait des échanges ou des transactions entre eux.

      

    Document 3 : La part des énergies renouvelables en Europe

    La part d'électricité produite à partir d'énergies renouvelables en Europe : comparaison entre les résultats de 2004 et les objectifs pour 2010

     ses-doc4

    Source : Observatoire de l'énergie et directive du Parlement européen du 27 septembre 2001 pour les objectifs en 2010.

     

    Document 4 : Une coordination mondiale nécessaire

    Face à de nombreux problèmes d'environnement d'ampleur mondiale, les pays doivent unir leurs efforts pour relever les défis les plus urgents de la planète et œuvrer en faveur du développement durable.
    Les pays en développement ont la possibilité de tirer des enseignements de l'expérience des autres pays et de « sauter des étapes » pour s'engager directement sur des voies de développement plus économes en énergie et en ressources et plus respectueuses de l'environnement Les pays doivent œuvrer de concert pour diffuser connaissances, pratiques exemplaires et technologies afin de tirer mutuellement profit de modes de production et de consommation plus durables à l'échelle mondiale […].
    En ce qui concerne le changement climatique, plus les pays participant aux mesures d'atténuation seront nombreux, et moins il sera coûteux de réduire les émissions à l'échelle mondiale. La mise en place en 2008, par les seuls pays de l'OCDE, d'une taxe sur le carbone de 25 US dollars/ tonne de CO2, aboutirait en 2030 à une réduction de 43 % des émissions de gaz à effet de serre dans ces pays. Il est nécessaire de renforcer la gouvernance internationale de l'environnement afin d'assurer la mise en œuvre d'accords internationaux permettant de faire face aux problèmes environnementaux.

    Source : Docs. de l'OCDE, « Perspectives de l'environnement de l'OCDE à l'horizon de 2030 », 2008.

     

    Document 5 : Évolution des consommations d’énergie, de l’intensité énergétique et de la valeur ajoutée en France (Indice Base 100 en 1996)

    ses-doc5

    Sources : Sessi - enquête sur les consommations d’énergie dans l’industrie (EACEI), Insee - comptes nationaux

     

    Document 6 : Pauvreté et développement durable

    Pauvreté peut signifier dégradation accrue de l'environnement. D'une part, pour couvrir leurs besoins vitaux, les populations pauvres sont contraintes à une destruction irréversible de leurs ressources ; la déforestation et l'érosion qui en découle en sont un exemple. D'autre part, quand la survie est en jeu, les préoccupations quant à la préservation de l'écosystème local à long terme sont reléguées au second plan.
    La nature constituant la base productive des populations pauvres, elles sont donc les premières concernées et affectées par une dégradation de l'environnement. Face à des catastrophes naturelles qui affectent leurs principales sources de revenus, les populations pauvres ne disposent pas d'un soutien conséquent des pouvoirs publics et de possibilités d'indemnisation. De même les conséquences les plus dommageables du réchauffement climatique porteront davantage sur les pays pauvres que sur les zones tempérées des pays riches. De surcroît, la maîtrise technologique, qui permet en général d'utiliser plus efficacement les ressources disponibles, leur fait défaut et entraîne souvent une consommation destructrice pour leur milieu. Le développement durable reconnaît le principe d'une double solidarité : entre les pays du nord et ceux du sud d'abord, et intergénérationnelle ensuite.

    Source : Benoît Ferrandon, « Développement durable : la prise en compte de l'environnement ? », Cahiers français, n° 317, novembre-décembre 2003.

     

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.