Terminale > Histoire-Géographie > Idéologies et opinions en Europe > Crises politiques et médias en France depuis l'affaire Dreyfus

CRISES POLITIQUES ET MÉDIAS EN FRANCE DEPUIS L'AFFAIRE DREYFUS

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Crises politiques et médias en France depuis l'affaire Dreyfus

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Il s’agit d’interroger ce qu’est une crise politique. Il faut aussi questionner la notion d’opinion publique.

En quoi les crises politiques que la France a connues depuis l’affaire Dreyfus ont-elles été reflétées par les médias, mais aussi en quoi les médias ont-ils pu déclencher ces crises politiques ?

 

I. Le temps de la presse écrite

 

Très grande importance de la presses écrite avant la Seconde Guerre mondiale.

A. Situation de la presse écrite

Loi de 1881 : assure la liberté de la presse. Il existe une multiplicité de titres et de positions politiques (tout l’échiquier politique est représenté). La population française lisait beaucoup plus les journaux qu’aujourd’hui.

B. L’affaire Dreyfus

Affaire très importante qui a connu une forte résonnance aux plans médiatique et politique. Exemples de journaux qui relaient l’affaire :

- La Libre Parole, de Drumont, anti-dreyfusard.

- L’Aurore, de Clemenceau, publie le fameux « J’accuse… ! » d’Émile Zola qui lance l’affaire Dreyfus, affaire qui a coupé la France en deux : les dreyfusards et les anti-dreyfusards.

C. Le 6 février 1934

La presse déclenche la crise par son appel à manifester en février 1934 et provoque une manifestation qui ébranle la IIIe République. Deux points de vue s’affrontent, par exemple avec :

- Le Populaire, journal de la SFIO.

- L’Action française, journal anti-républicain qui aspire à renverser le pouvoir.

 

II. L’apparition de nouveaux médias

 

Émergence de la radio puis de la télévision.

A. Les médias audiovisuels

La guerre des ondes : oppose la radio de Londres (général de Gaulle) à celle du Régime de Vichy de Paris (contrôlée par les Allemands), qui se livrent à une guerre de propagande.

B. De Gaulle, maître des médias ?

La crise du 13 mai 1958 ramène le général de Gaulle au pouvoir à la faveur des événements d’Algérie. Il s’appuie à la fois sur la presse écrite, sur la radio (comme il l’a fait en 1940) et sur la télévision naissante pour justifier sa position.

C. Mai 1968

Crise politique importante dont les médias ont rendu compte. La télévision est en grève en mai 1968 ainsi que les radios périphériques comme RTL ou Radio Monte-Carlo. Il faut rappeler que les médias audiovisuels sont sous le contrôle du pouvoir, la télévision est une télévision d’État de même que la radio.

 

III. L’ère numérique

 

Bouleversements depuis 1980-1990 avec la multiplication des médias et à mesure que chacun devient un peu journaliste.

A. Situation des médias

Déclin de la presse écrite : on peut se demander si l’atténuation des crises politiques n’est pas lié à ce déclin.

Apparitions de nouveaux médias :

- Chaînes de télévision beaucoup plus nombreuses : depuis le premier septennat de François Mitterrand, il existe la liberté de diffusion audiovisuelle.

- Internet à partir des années 2000.

B. Avril 2002, une crise politique ?

Réflexion à propos des élections présidentielles d’avril 2002, souvent considérées comme une crise politique avec la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le deuxième tour. Il est pertinent de se demander si cet événement est véritablement une crise politique et quel rôle les médias y ont joué en insistant par exemple sur des problèmes de sécurité.

C. Une nouvelle « consommation » des médias

La consommation de médias sur le web est devenue extrêmement importante. Par exemple, le site Médiapart qui met à jour un certain nombre d’affaires qui agitent le monde républicain mais sans pour autant déclencher de réelles crises politiques.

Situation actuelle : tout le monde consomme des médias et tout le monde est aussi un peu journaliste en donnant son opinion sur les affaires politiques.

 

Conclusion : On est passé d’une République extrêmement conflictuelle avec des éléments médiatiques qui mettent en cause la République pour la renverser à une période, qui est la nôtre aujourd’hui, où on a le sentiment qu’il y a un certain consensus républicain et qu’on ne veut pas renverser le pouvoir en place. On a aussi le sentiment qu’il y avait moins d’informations à l’époque mais qu’elles étaient plus virulentes, qu’elles pouvaient pousser à la révolte. Alors qu’aujourd’hui, notamment avec le web, on accède à une quantité d’informations disponibles mais elles ne conduisent pas à une remise en cause en profondeur du système politique.