Terminale > Humanités, littérature et philosophie > L'Humanité en question > L’humain et ses limites

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'humain et ses limites : pistes de problématiques

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Définitions

 

- L’humain, nom substantivé avec l’article vient de l’adjectif « humain ». C’est ce qui concerne l’être humain, ce qui définit l’être humain, la manière dont on peut circonscrire les qualités de l’humain.

Ce terme humain qui existait déjà en latin va remplacer vir, mot latin pour désigner le genre masculin à l’Antiquité. Aujourd’hui, cette question d’utiliser l’homme au masculin pour désigner l’Homme en général pose problème. On a parfois dit que ce n’était pas le cas dans le latin antique (on avait un mot pour l’être humain masculin et un mot pour l’être humain féminin), pourtant vers la fin de l’Antiquité romaine homo hominem, (humanus pour l’adjectif) remplaçait vir (l’être masculin).

- La limite marque la frontière entre deux territoires.

L’humain et ses limites, c’est se demander jusqu’où l’humain peut-il s’étendre avant de devenir autre chose que l’être humain ? Qu’est ce qui le sépare d’autres entités ? 

 

II. Histoire

 

L’être humain s’oppose aux d’une part animaux et d’autre part aux dieux (dans le polythéisme) et à Dieu (dans le monothéisme). Les dieux sont les êtres supérieurs et les animaux, les êtres inférieurs. L’homme se trouve au milieu dans l’échelle verticale. Aujourd’hui, l’échelle est davantage pensée comme horizontale car la société est plutôt athée, laïque (en Occident). L’humain n’est plus pensé comme dominateur.

Jusqu’où va l’humain par rapport aux techniques d’intelligence artificielle et le transhumanisme ?

- L’intelligence artificielle : quand la machine réfléchit à notre place, par exemple avec le GPS (on ne lit pas notre carte mais on est conduit par une machine qui agit de façon autonome).

- Le transhumanisme : perfectionner l’être humain avec la machine, de la prothèse électronique, à l’être robot (comme on en retrouve dans la science-fiction).

 

III. Problématiques

 

- Qu’est-ce qui distingue l’être humain de l’androïde ? L’androïde est un mot formé d’andros (l’être humain en grec) avec id en plus qui veut dire un type d’homme. Parfois on parle d’humanoïde, synonyme d’androïde. C’est un robot qui ressemble à l’humain.

- Jusqu’où l’être humain peut-il se perfectionner sans perdre son humanité ? Quand est-ce qu’on bascule dans le fait d’être un robot plus qu’un humain ? Voir les prémices de ce problème dans le mythe de Prométhée.