Terminale Littéraire > Philosophie > Notions philosophiques > La morale

Tu dois disposer d'un abonnement
pour regarder la vidéo

L'abonnement aux Bons Profs permet de profiter de toutes les vidéos de rappels de cours dans toutes les matières de la 6e à la Terminale.

Ces vidéos sont présentées par des professeurs de l'Education nationale et permettent de revoir en quelques minutes toutes les notions du cours.

Demande à tes parents de te créer un compte. C'est très simple et tu pourras démarrer tes révisions immédiatement.

LE BONHEUR

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Le bonheur est un état de satisfaction stable et durable. Il faut le distinguer le bonheur du plaisir. Le plaisir est, lui aussi, un état de satisfaction, mais éphémère : il ne dure pas dans le temps. Sur la question du bonheur, il y a deux grandes problématiques. La première est de savoir si pour être heureux, il faut satisfaire tous ces désirs. Cette question est traitée dans le cours sur le désir, où l’on envisage plusieurs positions autour de cette question. Il faut garder en tête le débat entre Socrate et Calliclès dans le Gorgias de Platon, et plus précisément l’objection de Socrate à Calliclès quand ce dernier défend que pour être heureux, il faut satisfaire tous ces désirs, mener une vie de jouissance etc. Socrate objecte à Calliclès ce que l’on appelle l’objection des « tonneaux percés », c’est-à-dire l’idée que le désir renaît constamment.

Ce cours va chercher à explorer si le bonheur est le but de la vie ou bien s’il existe des exigences supérieures au bonheur, et donc préférables à celui-ci.

 

I. Le bonheur est le Souverain Bien

La première thèse est que le bonheur est le « Souverain Bien ». Souverain Bien est synonyme de but de la vie. Ce serait le bien le plus ultime, celui qui vaut plus que tous les autres

Cette thèse est défendue de manière générale dans l’Antiquité. C’est une thèse eudémoniste, qui considère le bonheur comme le but de la vie. On la trouve particulièrement étayée chez Aristote. Aristote part de la distinction entre deux activités, la « poiesis » et la « praxis ».

- La « poiesis », en grec, pourrait être rendue par le mot « production », c’est une activité qui a sa fin en dehors d’elle-même. Par exemple, l’activité du cordonnier a sa fin en dehors d’elle-même puisque le cordonnier fabrique une chaussure,

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.