Terminale > Philosophie > Dissertations > Stage - Dissertation : la liberté et l'État

STAGE - DISSERTATION : LA LIBERTÉ ET L'ÉTAT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La liberté - Partie 2

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Ici, on va parler de la liberté comme liberté intérieure. Cette liberté intérieure est une propriété de volonté. C’est la liberté de vouloir, et plus précisément comme la spontanéité de la volonté. Être libre au sens de la liberté intérieure, c’est ne pas être déterminé. La grande question autour de la liberté intérieure est de savoir si l’Homme est libre ou bien s’il est déterminé. Existe-t-il une spontanéité de la volonté ?

 

I. La liberté existe

 

La première réponse à envisager, l’opinion commune, est que la liberté existe.

Pour justifier cette position, le premier argument est que la liberté, avant d’être quelque chose qui se prouve est quelque chose qui s’éprouve. Autrement dit, j’ai le sentiment d’être libre : c’est quelque chose que je ressens. Je vois bien qu’il y a une différence entre le fait de lever le bras volontairement et le fait d’avoir le bras levé par quelqu’un d’autre. On n’est pas ici dans un raisonnement, on ne démontre rien, néanmoins c’est un argument d’expérience.

Le deuxième argument est le lien entre liberté et valeur. Ce qui confère de la valeur à mes actes, c’est le fait qu’ils sont faits librement. On peut utiliser ici une citation de Beaumarchais, qui nous dit : « Il n’est pas d’éloge flatteur sans la liberté de blâmer ». En effet, si on vous fait un compliment qui vous touche, c’est bien parce que la personne qui vous le fait aurait pu ne pas le faire. Il y a donc bien un lien très fort entre liberté et valeur.

On peut aller encore plus loin en disant que c’est la liberté de mes actions qui fait que je suis responsable. Si quand j’agis, je suis déterminé à agir alors je ne suis pas forcément responsable de ce que j’ai fait. Donc à partir du moment où mes actes ont de la valeur et qu’ils engagent ma responsabilité, c’est bien qu’on suppose qu’ils sont libres.

Le troisième argument est un argument mobilisé par Emmanuel Kant. Il dit que ce qui prouve la liberté est la loi morale que je constate en moi. Si, dans une situation donnée, je constate en moi un devoir, ça veut bien dire que je suis libre. En effet, un ordre n’a de sens que si je peux lui obéir. Si donc dans une situation, j’ai une loi en moi que me dit « tu dois faire ça », cela veut bien dire que je peux le faire. C’est un « je dois » qui révèle un « je peux ». Donc, selon Kant, la liberté pour être prouvée suppose qu’on en passe par le constat de la moralité en l’Homme.

Ces trois arguments permettent donc de prouver que la liberté existe. Simplement, on ne peut pas s’en tenir à cette position.

 

II. Le déterminisme

 

Cette liberté n’est peut-être qu’une illusion. Cette illusion peut reposer sur l’ignorance des causes qui en réalité viennent nous déterminer inconsciemment. On étudie le déterminisme avec le philosophe Spinoza. Il dit que le libre-arbitre est une illusion qui repose sur l’ignorance des causes qui le déterminent. Quelles peuvent être ces causes qui nous déterminent ?

Il y a tout d’abord ce qu’on pourrait appeler un déterminisme psychologique. Ici, on peut utiliser la référence de Freud et de l’inconscient. Freud explique que l’enfance et l’histoire personnelle peuvent nous déterminer sans qu’on s’en aperçoive à l’âge adulte. Nos choix, nos actions à l’âge adulte peuvent être le reflet et l’effet de ce qui s’est passé dans notre enfance.

Un autre déterminisme que l’on peut envisager est le déterminisme génétique. Les recherches scientifiques tendent à montrer qu’il y a des prédispositions génétiques, par exemple à l’addiction. Il ne s’agit pas d’un prédéterminisme strict puisque ce sont des prédispositions mais on est plus apte à devenir quelqu’un en fonction de notre héritage génétique.

Enfin, dernier exemple : le déterminisme social. Cela renvoie à Bourdieu et ses travaux sur l’école. Pierre Bourdieu montre que le système scolaire républicain, créé pour casser la reproduction sociale de l’Ancien Régime où l’origine sociale déterminait la position sociale, en réalité, maintient ce lien entre origine et position sociale.

L’idée du système scolaire républicain est qu’il ne doit pas y avoir de lien entre la réussite scolaire et l’origine sociale. Et donc, il ne doit pas y avoir de lien entre l’origine et la position sociale puisque cette position doit simplement dépendre de la réussite scolaire. Bourdieu montre qu’en réalité ce lien se maintient.

Il dit que le plus grave est que l’école, à travers la notion de mérite, masque le fait de l’influence de l’origine sociale sur la réussite scolaire, et donc sur la position sociale ensuite. L’école, à travers la notion de mérite, va légitimer la reproduction sociale. Il y a donc une influence de notre origine sociale à travers le capital économique, le capital culturel et le capital social, sur notre réussite scolaire et donc sur notre position sociale.

Ainsi, on constate qu’il y a des choses qui nous influencent, plus ou moins consciemment, ce qui remet en cause l’existence de la liberté. Si l’on s’en tient à cette idée, l’Homme perd sa responsabilité, et la morale disparaît.

 

III. Liberté et déterminisme

 

Il faut donc voir s’il n’y a pas moyen de concilier liberté et déterminisme. Il y a une thèse très intéressante, une sorte de troisième voie. La liberté est l’intelligence de la nécessité. Cela veut dire que l’homme n’est libre que s’il prend conscience de ses déterminismes : c’est en prenant conscience de ses déterminismes que l’Homme va s’en libérer.

L’Homme est déterminé par des facteurs familiaux, culturels, sociaux, etc. Mais en faisant un travail qui vise à les connaître, à avoir l’intelligence de ces facteurs, l’Homme peut ensuite s’en émanciper. C’est le cas particulièrement avec Freud : en travaillant à prendre conscience des pulsions refoulées qui sont l’effet d’une histoire vécue, je vais pouvoir m’en libérer et me libérer des pathologies qu’elles engendrent.

La vraie question n’est donc pas de savoir si l’Homme est radicalement libre ou radicalement déterminé, il s’agit de voir que l’Homme peut être libre en comprenant qu’il ne l’est pas à l’origine.