Terminale > Philosophie > Initiation à la philosophie > Initiation à la philosophie

INITIATION À LA PHILOSOPHIE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Introduction à la philosophie

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

La philosophie, en terminale, se présente comme un ensemble de questions. Ces questions philosophiques sont d’un type particulier, ce ne sont pas n’importe quelles questions.

Comparons deux questions :

- Est-il absurde de désirer l’impossible ? (question philosophique)

- En quelle année les Méditations métaphysiques de Descartes furent-elles publiées ? (question non philosophique)

 

Deux choses caractérisent la question philosophique et la différencient de la question non philosophique :

- Elle n’admet pas de réponse simple. À la question « Est-il absurde de désirer l’impossible ? » on est tenté de répondre par oui, car on ne peut pas atteindre l’impossible par définition. Mais, c’est parce que certaines personnes ont un jour désiré l’impossible qu’il est devenu ensuite possible (par exemple le désir des hommes de voler dans les airs a donné naissance à l’avion).

- Elle semble appeler une réponse spontanée, immédiate. À la question « Est-il absurde de désirer l’impossible ? », on a envie de répondre spontanément par oui.

La principale caractéristique de la question philosophique est la fausse évidence que la réponse semble appeler.

Pour la question « En quelle année les Méditations métaphysiques de Descartes furent-elles publiées ? », la réponse est 1641 : c’est une réponse simple.

 

Pourquoi la question philosophique n’admet-elle pas de réponse simple ?

Le terme central n’est pas univoque, il est équivoque, il a plusieurs significations. Ici la question est caractérisée par l’ambiguïté du terme de désir, qui a deux aspects contradictoires : c’est à la fois un manque et une énergie, une force qui nous pousse à aller de l’avant.

Le but de la philosophie en terminale n’est pas d’abord de trouver une réponse à la question posée. Le but est de tâcher de montrer que la question posée est bien une question philosophique, qu’elle renferme un problème  : il y a problème quand plusieurs réponses sont possibles et qu’elles se contredisent.

 

En terminale le but est de :

- déceler en quoi la question est philosophique,

- trouver le problème qu’elle renferme,

- tâcher d’y répondre en argumentant et en mobilisant des auteurs.