Terminale Scientifique > SVT > Le maintien de l'intégrité de l'organisme > Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Tu dois disposer d'un abonnement
pour regarder la vidéo

L'abonnement aux Bons Profs permet de profiter de toutes les vidéos de rappels de cours dans toutes les matières de la 6e à la Terminale.

Ces vidéos sont présentées par des professeurs de l'Education nationale et permettent de revoir en quelques minutes toutes les notions du cours.

Demande à tes parents de te créer un compte. C'est très simple et tu pourras démarrer tes révisions immédiatement.

LA MÉMOIRE IMMUNITAIRE : ANALYSE D'EXPÉRIENCE

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

À partir de l'analyse d'expériences simples, réalisées chez les mammifères, on peut mettre en évidence l'existence d'une mémoire du système immunitaire mais aussi de certaines caractéristiques de cette mémoire.

 

I. Greffes de peau sur des souris

 

On travaille sur trois lignées de souris : des souris blanches (lignée A), des souris grises (lignée B) et des souris beiges (lignée C). Chaque ligne possède son propre génotype et elles ne sont pas compatibles en termes de greffe. Cela signifie que pour la receveuse greffée de la peau grise ou de la peau beige, la peau est reconnue comme un greffon du non-soi et il est donc rejeté par le système.

En effet, chez les souris comme chez les hommes, le système immunitaire reconnaît ce qui ne fait pas partie de l'organisme et est capable, par des réactions immunitaires complexes, de le rejeter, de se défendre contre ce non-soi.

Trois greffes successives sont réalisées vers des souris de type A :

- Dans la première greffe, on prend de la peau grise de souris B et on la greffe à une souris blanche : on observe un rejet du greffon au bout de 10 jours environ. Ce rejet est la marque de l'efficacité du système immunitaire qui repousse, qui rejette le non-soi.

- Dans la deuxième greffe, avec les mêmes souris qui ont reçu la première greffe : on leur greffe à nouveau de la peau de souris grise et on observe à nouveau un rejet mais cette fois-ci, le rejet est observé plus rapidement, au bout de trois jours seulement. Cela met en évidence que la souris qui avait déjà reçu la greffe de peau grise a gardé en mémoire la réaction qu'elle avait réalisé la première fois et, lors de la deuxième greffe, le système immunitaire a été plus efficace pour rejeter le même type de greffe.

- Dans la troisième greffe, on fait subir à ces mêmes souris un autre type de greffe : on greffe de la peau beige issue de la souris C, le rejet n'est pas tr&egr

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.