Terminale > SES > Intégration, conflit, changement social > Liens sociaux et individualisme

LIENS SOCIAUX ET INDIVIDUALISME

Exercice - Le triomphe de la famille



L'énoncé

Document : Le triomphe de LA FAMILLE

La famille contemporaine plaît parce qu'elle est élastique, et elle est élastique parce qu'elle a su changer. Sous l'Ancien Régime, elle servait avant tout à perpétuer une lignée et à transmettre un patrimoine. Etouffant. Désormais, elle offre un vaste horizon de liberté et d'authenticité. « Le charme de la situation actuelle est que chacun a des aspirations et qu'il n'y a plus d'obligations, plus de pressions, souligne le sociologue François de Singly, professeur à l'université Paris-Descartes. Ce qui prime, ce n'est plus la forme que prend la famille, mais le genre de logique qu'elle instaure : une logique affective, fondée sur la confiance. Auparavant, chacun des membres était au service de la famille ; aujourd'hui, c'est l'inverse. » Ensemble, mais libres, pour reprendre la formule oxymore du même François de Singly. Dans ce contexte, l'espace, au propre comme au figuré, devient vital. Anne Philippe, mère de famille recomposée, loge dans un immeuble au premier étage, et son mari, au second. « A l'heure du repas, il descend et frappe à la porte, sa casserole à la main, pour venir faire la cuisine, raconte-t-elle. Il faut avoir un lieu où se retrouver, mais c'est bien, aussi, de conserver un endroit à soi. »

Autonomie, j'écris ton nom... Les Français entretiennent l'esprit de clan, ce qui ne les empêche pas d'avoir aussi le goût des paradoxes.

« Ces comportements d'"individuation" familiaux sont particulièrement ancrés dans les pays du Nord et de l'Ouest sécularisés, à laquelle la France se rattache, observe Pierre Bréchon. Dans cette zone géographique, la famille n'est pas une donnée en soi, plutôt quelque chose à construire, entre partenaires. Dans les pays plus traditionnels, en Europe de l'Est et du Sud, on se fond dans un modèle préexistant. »

Bien sûr, cette famille « Lego », recentrée sur les parents et les enfants, est forcément moins reposante, prise entre le « moi d'abord » et le « tous soudés », mais elle est à l'image de la modernité née des Lumières et de l'Europe libérale du XVIIIe siècle. Cette nouvelle ère a permis à l'individu d'émerger, émancipé des tutelles de l'ordre ancien. Et c'est dans cet héritage que chacun a trouvé la faculté de prendre son destin en main, réussissant parfois, trébuchant souvent.

Deux siècles plus tard, les années 1960 et 1970 marqueront un formidable coup d'accélérateur. Pour la première fois dans l'Histoire, la pilule et la légalisation de l'avortement dissocient la sexualité de la procréation. Les femmes découvrent la liberté de fonder - ou pas - une famille. Les mères entrent sur le marché du travail et contribuent à garnir la marmite. Les couples revendiquent le droit de vivre et de délier leurs amours selon leurs désirs. La durée de vie s'allonge, offrant l'occasion, là encore inédite, d'expérimenter plusieurs combinaisons familiales au cours de l'existence.

Claire Chartier, Eugénie Cantier et Estelle Saget, Le triomphe de LA FAMILLE, L'Express, 24 décembre 2014.


  • Question 1

    Présenter le document.

  • Question 2

    Rappeler la définition d’une famille par l’INSEE.

  • Question 3

    Expliquer le rôle de la famille comme instance d’intégration.

  • Question 4

    Lister les facteurs d’affaiblissement de la cellule familiale pointée dans le texte.

  • Question 5

    Commenter : « Auparavant, chacun des membres était au service de la famille ; aujourd'hui, c'est l'inverse. » 

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.