Terminale > SES > Science économique > Comment lutter contre le chômage ?

COMMENT LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE ?

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les politiques de soutien pour lutter contre le chômage conjoncturel

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Définition : le chômage conjoncturel

 

Le chômage conjoncturel est un chômage lié à une insuffisance de la demande globale. La demande en biens et services est trop faible, le carnet de commandes des entreprises n’est pas assez rempli, leur activité est ralentie. C’est pourquoi les entreprises n’embauchent pas assez.

Il faut s’intéresser à la demande anticipée des entrepreneurs, un concept de l’économiste Keynes. La demande anticipée des entrepreneurs est la demande à laquelle les entrepreneurs pensent être confrontés dans le futur. Pour stimuler cette demande anticipée, il faut une stimulation de la demande globale.

 

II. Comment soutenir la demande globale ?

 

Cela passe par la mise en place de plans de relance :

- L’État, notamment à travers sa politique budgétaire, peut stimuler la demande globale. Par exemple, il peut augmenter les prestations sociales envers les ménages, envers les consommateurs, notamment les plus pauvres car ce sont eux qui consomment le plus.

- L’État peut alléger la fiscalité envers les ménages mais aussi les entreprises. De cette façon, la consommation va augmenter et l’investissement également.

- L’État peut aussi mettre en place des politiques de grands travaux afin de soutenir le secteur de la construction et de la rénovation.

- A travers la politique monétaire, la Banque centrale peut baisser les taux d’intérêt pour augmenter la consommation des ménages et l’investissement des entreprises.

Exemple : En 2008, il y a eu une crise économique et l’État français a mis en place un plan de relance. La prime à la casse pour soutenir le secteur de l’automobile a été allongée, par exemple. L’État a mis en place des prestations sociales pour les ménages le plus modestes. L’État a également allégé la fiscalité envers les entreprises. Il a également décidé de mettre en place de nouveaux chantiers publics afin de soutenir le secteur de la construction.

 

III. L’effet sur le chômage

 

Si l’État met en place un plan de relance à travers son budget ou si les taux d’intérêt baissent à travers la politique monétaire, cela augmente la consommation des ménages et l’investissement des entreprises, ces deux éléments étant des composantes de la demande globale. Se faisant, la demande anticipée des entrepreneurs augmente, leur production augmente et le niveau de l’emploi va augmenter et donc le chômage va baisser.

Des études, notamment de la Cour des comptes, montrent que l’effet a été plutôt mitigé. Elles mettent en avant que le plan de relance a créé ou sauvegardé entre 20 000 et 70 000 emplois pour un coût de 35 milliards d’euros. Néanmoins, si l’État n’avait pas mis en place des plans de relance à cette époque, le chômage aurait augmenté de façon plus importante.