Terminale > SVT > Les climats de la Terre > Les variations climatiques du passé lointain

LES VARIATIONS CLIMATIQUES DU PASSÉ LOINTAIN

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le Crétacé : une période chaude dans l'histoire de la Terre

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Le Crétacé correspond à la fin de l'ère secondaire c'est-à-dire qu'il s'étend de -135 millions d'années à -65 millions d'années. Il s'est soldé par une crise biologique et géologique majeure qui correspond à la fin des dinosaures sur les continents. Pour reconstruire le climat au Crétacé, on utilise les indices classiques comme les informations apportées par les fossiles et par les roches sédimentaires. Ces informations ont été recueillies un peu partout dans le monde et sont visibles sur cette carte.

 

I. Le climat du Crétacé

 

Concernant la flore, on remarque qu'il y avait une végétation luxuriante, c'était l'époque où il existait de nombreuses plantes à fleurs. Cette végétation luxuriante a donné naissance à des roches de type charbon que l'on retrouve un peu partout sur le globe. Cela témoigne d'un climat équatorial. On retrouve ce charbon dans des régions aujourd'hui proches du Pôle Nord, au nord de l'Amérique du Nord ou de l'Europe. L'indice stomatique des plantes était relativement faible ce qui témoigne d'une concentration forte de dioxyde de carbone dans l'atmosphère (5 fois supérieure à la concentration actuelle).

Concernant la faune, les dinosaures étaient présents à toutes les latitudes sur la Terre. On a retrouvé des squelettes de crocodiles jusque dans des régions proches de la Sibérie. Des coraux se formaient à des latitudes fortes ce qui indique qu'à ces latitudes régnait un climat équatorial avec un niveau de la mer peu profond et une eau chaude.

Concernant les roches sédimentaires, on trouve des roches latéritiques et de la bauxite, c'est-à-dire des roches rouges riches en aluminium et en fer, qui témoignent d'un climat tropical. On trouve également des évaporites, notamment en Amérique du Sud, qui sont le témoin d'un climat aride.

Enfin, il y a une accumulation très importante de roches carbonatées, donc une forte sédimentation calcaire. On retrouve cela aux falaises d'Étretat par exemple. À cette époque, on trouvait un niveau océanique très élevé, de 200 à 300 m plus élevé que le niveau océanique actuel. On parle donc de transgression, c'est-à-dire de période d'élévation du niveau marin.

L'ensemble de ces indices retrouvés partout dans le monde ont permis de reconstituer le climat du Crétacé, qui était un climat très chaud, plus chaud qu'aujourd'hui étant donné que la température moyenne terrestre était supérieure à 18°C alors qu'aujourd'hui la température moyenne est d'environ 15°C. Ce climat chaud était plus ou moins aride, plus ou moins humide en fonction des zones.

 

II. Les causes

 

On peut également analyser les causes de ce climat particulièrement chaud au Crétacé. Le facteur majeur est l'activité magmatique très intense qui a permis la suite du morcellement de la Pangée. Ce morcellement avait été amorcé dans les périodes précédentes notamment au Jurassique. La Pangée a continué à se découper en plus petits continents au cours du Crétacé. Or, c'est par le fonctionnement d'un certain nombre de volcans et de dorsales océaniques que la Pangée a pu se morceler. Les dorsales océaniques en fonctionnant ont créé du plancher océanique et ont permis aux continents de s'éloigner les uns des autres. Le morcellement de la Pangée a déclenché le fonctionnement de nombreux points chauds, qui sont des volcans particuliers et isolés à la surface du globe. Ils ont donné naissance à des accumulations de roches volcaniques que l'on retrouve un peu partout dans le monde et qui datent de l'époque du Crétacé. L'activité magmatique classique et l'activité des points chauds ont donné naissance à des millions de kilomètres cubes de roche magmatique chaque année au cours du Crétacé.

Enfin, la forte activité des dorsales en création de plancher océanique est accompagnée d'une augmentation du volume de ces dorsales. En effet, plus une dorsale est active (c'est-à-dire qu'elle produit du plancher basaltique), plus le volume qu'elle occupe est important. Or, si la dorsale occupe un volume plus important, alors cela déclenche une élévation du niveau de la mer qui se répartit sur le bord des continents en plus du volume océanique classique.

Il y a donc eu un réchauffement dû à une activité magmatique très importante accompagnée d'une augmentation du volume des dorsales qui a fait augmenter le niveau de la mer, ce qui explique que les océans atteignaient des niveaux de 200 à 300 m supérieur au niveau actuel.