Troisième > Français > Annales > Annale - Questions sur un texte : La Boue, Maurice Genevoix

ANNALE - QUESTIONS SUR UN TEXTE : LA BOUE, MAURICE GENEVOIX

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Formes du récit aux XXe et XXIe siècles

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les formes de récit se divisent en deux grandes catégories. D’abord les récits d’enfance et d’adolescence, et ensuite le récit porteur d’un regard sur l’histoire et le monde.

 

I. Récits d’enfance et d’adolescence

 

Un récit d’enfance et d’adolescence est tout simplement un récit qui relate la jeunesse d’un personnage. Très souvent, ce personnage est le narrateur lui-même. Lorsque l’auteur est narrateur qui est lui-même le personnage, alors il s’agit d’une autobiographie. Auto veut dire en latin « soi-même », bio renvoie à « la vie » et graphie signifie « l’écriture ». Une autobiographie, c’est donc faire le récit de sa propre vie.

Le récit d’enfance et d’adolescence appartient le plus souvent au genre de l’autobiographie, qui est plus ou moins authentique. Le récit peut être en effet complètement fictionnel, l’auteur invente tout du début à la fin et les personnages n’existent pas réellement. Il peut s’agir aussi d’une autofiction : l’auteur s’inspire de sa propre vie pour inventer un nouvel univers et de nouveaux personnages. Autrement dit, il transforme, sublime ses souvenirs, sa vie, de façon à écrire un roman. L’autofiction a ainsi une part de vérité et une part de fiction. Enfin, le témoignage véridique correspond aux auteurs qui essaient de raconter leur propre vie en se rapprochant le plus possible de leurs souvenirs et de la réalité.

 

II. Le roman porteur d’un regard sur l’histoire et sur le monde

 

Un roman porteur d’un regard sur l’histoire et sur le monde appartient très souvent au genre de la littérature engagée. La littérature engagée a pour but de faire passer des idées. Un auteur fait donc de la littérature engagée lorsqu’il a un avis sur un événement, sur une période, qu’il souhaite diffuser.

La littérature engagée peut avoir un caractère plus ou moins authentique. Lorsque la littérature engagée est totalement fictionnelle, on parle de science-fiction. Par exemple, La Ferme des animaux de George Orwell, où l’auteur invente un monde qui est régi par les animaux d’une ferme.

Il existe également le roman idéologique. Il s’agit d’un roman où les événements sont plus ou moins vrais et où l’auteur, encore une fois, essaie de transmettre ses idées.

Le roman historique est celui qui se rapproche le plus de la réalité, l’auteur dépeint des événements qui se sont réellement déroulés et dans lequel il livre son avis personnel sur ces événements.

Le dénominateur commun de toutes ces formes de littérature engagée est le regard critique de l’auteur. L’auteur peut essayer soit de prévenir le lecteur, dénoncer, ou au contraire encenser, faire l’éloge de ce qui l’entoure.

 

Le saviez-vous ?

Un récit peut être soit un roman, soit une nouvelle. La différence est tout simplement que la nouvelle est beaucoup plus courte qu’un roman, elle fait généralement moins de 20 pages. Par conséquent, dans une nouvelle il y a moins de personnages et l’intrigue est plus resserrée que dans un roman.