FRANÇAIS

I. Moyen Âge

 

Le Moyen Âge se termine au XVe siècle, a cette époque la poésie était chantée et mise en musique par les troubadours, les gens venaient l’écouter dans la rue, sur les places, etc.

 

A. Chansons de geste

Les chansons de geste peuvent être des épopées qui racontent des exploits guerriers historiques. L’exemple le plus connu est celui de la Chanson de Roland. Ces chansons peuvent être aussi lyriques au travers de l’exploration des sentiments.

 

B. Poésie lyrique

La poésie lyrique est l’expression des sentiments (joie, chagrin, espérance) sur des thèmes propres au lyrisme (douleur de l’exil, célébration de la nature). Les poètes du Moyen Âge mènent aussi une réflexion sur l’existence, sur la condition humaine qui amène à l’affirmation d’un moi personnel. Les auteurs commencent à parler d’eux-mêmes et à s’auto-analyser.

 

II. XVIe siècle : Renaissance

 

Il s’agit d’un siècle très riche notamment grâce aux grandes découvertes (Christophe Colomb) et à la pensée humaniste qui se diffuse chez tous les intellectuels de l’époque. Il y a une effusion des connaissances : on veut tout savoir, tout comprendre. C’est aussi un moment de retour aux textes antiques.

 

A. Pléiade : Du Bellay et Ronsard

La Pléiade est un groupe d’amis poètes qui ont pour volonté de renouveler la poésie du Moyen Âge qu’ils considèrent comme dépassée. Concrètement, ils rejettent les formes poétiques médiévales comme le rondeau ou la ballade et une nouvelle forme de poème apparaît : le sonnet. Ils enrichissent la langue française en inventant beaucoup de nouveaux mots. D’autre part, leur style est moins compliqué, leur écriture devient plus accessible et plus intime et parle à un public plus large.

 

B. Poètes engagés : guerres de religion

Ces poètes sont engagés dans les guerres de religion entre catholiques et protestants, ils choisissent un camp et défendent leur religion dans leur poème. Par exemple, Ronsard défend les catholiques dans ses poèmes tandis qu’Agrippa d’Aubigné défend les protestants dans Les Tragiques.