PHILOSOPHIE


Cette citation d’Emmanuel Kant est issue de son essai Critique de la faculté de juger de 1790. A travers cette citation, le philosophe donne une définition du Beau, ce qui lui permet ensuite de caractériser le jugement de goût. C’est-à-dire le jugement « C’est beau ».

 

I. « Ce qui plaît »

Tout d’abord, Kant remarque que le jugement de goût n’est pas un jugement de connaissance. Un jugement de connaissance est un jugement qui apprend quelque chose sur l’objet. Exemple : si je suis en train de percevoir une fleur, une rose. Je peux porter sur cette rose deux types de jugement. Le premier est un jugement de connaissance, par exemple : ceci est une rose, et elle fleurit à telle époque de l’année. En disant cela, je donne des informations sur l’objet dont je parle. Si je dis en regardant cette rose : c’est beau, je ne forme pas un jugement de connaissance mais plutôt un jugement de valeur qui me renseigne moins sur l’objet que sur la personne. Quand je dis que c’est beau, ce que j’indique en réalité c’est que l’objet me plait.

Ce jugement de goût est subjectif. Le beau est ce qui me plaît et ce plaisir s’ancre dans une subjectivité.

 

II. « Ce qui plaît universellement »

Avec l’ajout « d’universellement

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.