SVT

Le gabbro et le basalte sont des roches typiques de la croûte océanique. Ces deux roches sont issues d’un même magma mais avec des vitesses de refroidissement différentes. On peut faire une diagnose.

 

 

D’un point de vue macroscopique, voici la photographie d’un gabbro, vu à l’œil nu. On observe des cristaux. S’il y a des cristaux, il s’agit d’une roche magmatique issue du refroidissement d’un magma. On observe que ces cristaux sont tous jointifs, ce qui évoque la texture grenue. S’ils sont jointifs, c’est que la roche est plutonique. Le magma a refroidi lentement en profondeur.

Quant aux minéraux, il semble qu’à l’œil nu, d’après la photographie, la roche soit plutôt sombre car elle est riche en ferromagnésiens. Elle est assez dense (plus dense que le granite). La densité d’un gabbro est estimée à 2,9 et celle du granite à 2,7.

Il semblerait qu’il y ait deux types de minéraux : des noirs et des plus clairs. La seule façon d’identifier ces minéraux et d’être sûr de leur nombre, c’est d’observer l’échantillon (lame mince au microscope optique MO). Voici l’échantillon au microscope optique en lumière polarisée analysée (LPA).

 

 

Le grand minéral que l’on voit à gauche, qui présente des clivages à 90° et qui en LPNA montre un fort relief avec des présences de clivages, c’est le pyroxène. Sur la droite, des petits minéraux de forme ovale, avec une teinte assez vive (bleu-violet).

 

 

Lorsqu’on passe en LPNA (lumière polarisée non analysée), on voit que ces minéraux présentent un fort relief, ils sont très clivés (craquelures). Il s’agit de l’olivine. On repère en LPA, des minéraux de formes assez allongées avec ce fameux code-barres (macle polysynthétique). Il s’agit des feldspaths de type plagioclase.

 

Finalement, l’observation au microscope optique du gabbro de la croûte océanique, ne montre pas deux types de minéraux mais trois : le pyroxène (noir), le feldspath (blanc) et un autre minéral qui n’était pas forcément indentifiable à l’œil nu : l’olivine.