SVT

L'ORIGINE DE LA VACCINATION : JENNER ET PASTEUR

Deux hommes sont les principaux contributeurs à la découverte de la vaccination : Edward Jenner, un anglais qui a travaillé à la fin du XVIIIe siècle sur ce principe et Louis Pasteur au XIXe siècle.

 

I. Découverte de Jenner sur la variole

 

Jenner a découvert que lors des épidémies de variole, qui était une maladie très grave, certaines catégories de la population, par exemple les paysans qui étaient au contact des vaches, n’étaient pas atteints par la variole ou alors de façon peu grave. Dans un deuxième temps, il a réalisé que ces paysans étaient au contact d’animaux, les vaches, qui pouvaient avoir été elle-même malades de la variante de la variole : la variole bovine. Elle n’est pas très grave et surtout pas grave pour l’humain. Cette variante était appelée la vaccine. Les paysans qui avaient été au contact de la vache malade étaient eux-mêmes protégés contre la variole humaine. Ils n’en mourraient pas, ils n’en étaient pas malades.

Jenner a découvert la vaccine et il a émis l’hypothèse d’une protection des individus contre une maladie grave, qui serait possible par injection d’une forme voisine de la maladie grave, moins dangereuse, moins efficace. Pour tester cette hypothèse, il a ensuite injecté le pus d’une vache atteinte de la vaccine à un enfant. Il a laissé ce pus agir pendant quelques semaines et il a injecté à ce même enfant, le pus d’un individu atteint de la variole. S’il n’avait pas eu la première injection, l’enfant en serait mort. Or, l’enfant a survécu et il n’a pas été malade de la variole. C’est donc le pus de la vache atteinte de la vaccine qui a protégé l’enfant de la variole. C’est une première forme de vaccination. C’est grâce au nom de la vaccine que la vaccination a été baptisée comme cela.

 

II. Découverte de Pasteur sur le choléra

 

Pasteur a continué dans la même idée au cours du XIXe siècle. Il a travaillé sur des études dans de très nombreux domaines notamment sur le choléra des poules. Le choléra des poules c’est une maladie due à une bactérie très virulente qui peut tuer les poules en 48h.

Il a cultivé dans son laboratoire différentes souches de bactéries responsables du choléra des poules. Il s’est rendu compte qu’en laissant vieillir les souches, ce qui les rendait moins efficaces, il pouvait ensuite les inoculer aux poules et, en quelques sortes, les protéger contre des souches plus virulentes. Un peu par hasard, en laissant vieillir les bouillons, certaines cultures de bactéries, Pasteur a retrouvé cet effet vaccinant de certaines bactéries contre d’autres bactéries.

Après ces travaux, il a mis au point le premier vaccin applicable aux humains en 1885 : le vaccin contre la rage. Par la suite, la vaccination s’est perfectionnée et au cours du XXe siècle, on a fait de grandes campagnes de vaccination dans le monde.

 

III. Débuts de la vaccination au niveau mondial

 

Pour en revenir à l’exemple de la variole, un vaccin a été mis au point contre la maladie au cours du XXe siècle. A partir de 1967, on a dépensé des millions pour vacciner à l’échelle mondiale l’ensemble des individus contre la variole. Cette vaccination a été efficace puisqu’en 1977, on a observé le dernier cas de variole en Somalie. On a constaté à partir de 1980 que la variole avait été complètement éradiquée.

Grâce à ces campagnes de vaccination contre la variole ou d’autres maladies comme la poliomyélite, on arrive à protéger la population à l’échelle mondiale contre des maladies qui autrefois étaient très invalidantes ou mortelles.