L’imparfait de l’indicatif

L'imparfait de l'indicatif

I. Définition de l’indicatif

 

L’indicatif est un mode. Un verbe à l’indicatif exprime une action ou un état qui est considéré comme vrai ou réel par le locuteur.

 

II. Définition de l’imparfait

 

L’imparfait est un temps simple de l’indicatif. Un temps simple, au contraire d’un temps composé, se conjugue avec un seul mot : le radical + la terminaison.

 

III. Conjugaison

 

L’imparfait se construit avec le radical du verbe + les terminaisons suivantes :

 

Terminaisons

-ais

-ais

-ait

-ions

-iez

-aient

Le radical est différent en fonction des temps. Ici, pour obtenir le radical, il faut conjuguer le verbe au « nous » (1re personne du pluriel) du présent de l’indicatif et garder son radical. Par exemple :

– chanter => nous chantons => radical « chant » = je chantais.

– venir => nous venons => radical « ven » = je venais.

 

Exceptions : certains verbes ont un radical particulier à l’imparfait et ne respecte pas les règles du radical précédentes. Par exemple : « nous sommes », mais « j’étais » .

 

IV. Emploi

 

L’imparfait de l’indicatif s’utilise pour :

Une action qui se déroule dans le passé : l’action prend son temps, c’est un processus qui s’installe dans la durée. Exemple : « mon ami mangeait » = il est en train de manger, cela prend un certain temps.

Une action répétée dans le passé (habituelle). Exemple : « mon ami mangeait toujours à midi. »

Une description. Exemple : « la table était ronde et pleine de victuailles. » L’imparfait est utilisé pour décrire la table.

Une action d’arrière-plan, de décor. L’action est secondaire, on ne se focalise pas dessus. Exemple : « mon ami mangeait, j’entrai à l’improviste. » « J’entrai » est au passé simple, l’action s’oppose au décor, à la situation d’arrière-plan.