Méthodologie de l’étude de document(s)

Présentation d’un document

La présentation d’un document se retrouve dans toutes les analyses de document demandées pour le baccalauréat. De plus, la présentation du document donne des indices qui permettent de comprendre la portée du document, ce qui est nécessaire à sa bonne analyse. Il y a huit grandes étapes à suivre, de manière à être sûr de ne rien oublier.

Prenons l’exemple du Discours de Fulton prononcé le 5 mars 1946 par Winston Churchill portant sur la nécessité d’une alliance entre britanniques et américains pour lutter contre l’expansionnisme soviétique.

 

I. Le titre

 

La première étape, la plus facile, est de relever le titre. Il est donné au-dessus ou en-dessous du document. Dans cet exemple, il s’agit du « discours de Fulton ».

 

II. La source

 

Deuxième étape, il faut regarder la source. La source est le petit libellé en dessous du document, qui mentionne à la fois l’auteur, la maison d’édition et la date de publication (si publié) ou la date du document. Ces diverses informations donnent les éléments clefs pour trouver les autres informations pour réussir la présentation du document.

Dans cet exemple, il s’agit du discours de Fulton par Winston Churchill, prononcé le 5 mars 1946.

 

III. La nature

 

La nature du document est le genre auquel le document appartient. Dans notre exemple, il s’agit d’un discours. Mais cela peut être un autre type de texte (extrait d’un article de journal, d’un livre, d’une loi, d’une lettre, etc.) ; un document iconographique (photographie, affiche, tableau, dessin, caricature, etc.) ; un document statistique (tableau, graphique, etc.) ; une carte, etc. Le but est d’être le plus précis possible.

 

IV. L’auteur

 

La quatrième étape est de trouver l’auteur. Ici, il s’agit de Winston Churchill. Il ne faut pas se contenter de dire simplement que c’est un texte de Winston Churchill. Il faut préciser qui il est : Churchill a été Premier ministre en Grande-Bretagne de 1940 à 1945, pendant la majeure partie de la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il a joué un rôle déterminant. 

 

V. Les destinataires

 

Les destinataires du document sont dans cet exemple les États-Unis et plus généralement l’Europe occidentale. Cela est indiqué souvent directement dans le document.

 

VI. La ou les date(s)

 

Une autre étape indispensable, notamment en histoire, est la présentation de la ou des date(s). Il arrive en effet qu’il y ait plusieurs dates. Ici, c’est la date du discours, le 5 mars 1946.

Parfois, la date des faits est différente de la date de rédaction, toutes deux différentes de la date de publication. Il peut donc y avoir plus de trois dates. Il ne faut pas les confondre et penser à les expliquer.

 

VII. Le contexte

 

Le contexte est l’un des plus importants éléments de la présentation de document. Il découle directement de la date, et des éléments du texte. Dans l’exemple du discours de Fulton, le contexte est simple. Il est prononcé en 1946 donc à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, c’est une période de montée du communisme en Europe. Cette montée annonce le début de la Guerre froide, qui commence en 1947. C’est donc une période d’entre deux, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de la Guerre froide.

 

VIII. Le thème principal

 

Le thème principal est l’idée générale du texte. Il est donc demandé de résumer ce que l’on a compris du texte en une ou deux phrases synthétiques, courtes, claires et précises. Dans cet exemple, Winston Churchill dénonce la montée du communisme en Europe centrale et orientale, et la mainmise progressive de l’URSS sur ce qu’on commence à appeler les démocraties populaires.

 

Conclusion : Voici la méthode claire à suivre en huit points. Pour être sûr de ne rien oublier, il faut se poser les questions qui, quoi, quand, comment, pourquoi et pour qui. La présentation du document démarre l’analyse de document et est donc la première impression du correcteur.

Analyse d'un (ou de deux) document(s)

Analyser un document c’est en cerner la portée, le sens général, les limites. Il s’agit de comprendre la manière dont le document apporte un éclairage sur l’événement historique en question. Quand il y a un document, il faut s’attacher uniquement à ce document en ce qui concerne son intérêt et sa portée. Quand il y a deux documents, il faut les confronter, c’est-à-dire les mettre en relation après avoir dégagé la portée de chacun d’eux et voir en quoi ils sont complémentaires ou opposés.

 

I. Travail préparatoire

 

La première partie préparatoire se fait au brouillon.

 

A. Lecture attentive

On commence par une lecture attentive de la consigne générale qui accompagne le(s) document(s) puis une lecture attentive du ou des document(s) en question. Il vaut mieux lire le document plusieurs fois. La première fois permet de comprendre le thème en question. Puis plusieurs fois ensuite avec des crayons de couleur (ou des surligneurs) pour repérer différents thèmes en lien avec le sujet de la consigne. Surligner de couleurs différentes chaque thème permet d’avoir des éléments de réponse à la consigne.

 

B. Intérêt du document

L’intérêt du document est la manière dont le document éclaire un contexte historique donné, et apporte une aide à la connaissance historique de l’événement en question.

 

C. Limites du document

Ensuite, il faut interroger les limites du document. Il faut avoir un regard critique sur le document, en cherchant par exemple si le document n’omet pas des choses importantes, ou si l’auteur n’influence pas le contenu du document. Il faut voir si le document à une vision partielle ou partiale des choses.

 

D. Plan

Enfin, il faut faire un plan qui va répondre le mieux possible au sujet proposé. Pour cela, plusieurs possibilités. La première est de se référer aux éléments surlignés lors des lectures du document, et de se référer à ses connaissances. Deuxième chose, la consigne suggère généralement un plan. Il suffit de reprendre les grands éléments de la consigne. Il s’agit en général d’une étape d’analyse globale du texte et de ses limites, puis une ou deux analyses de thème. Il suffit de les reprendre pour en faire un plan, et distribuer les éléments surlignés et les connaissances dans chaque partie.

 

II. Réponse au sujet

 

On peut ensuite passer à la rédaction du devoir au propre sur la copie.

 

A. Présentation du document

Première partie, même si elle n’est pas demandée, il faut présenter le document. Il faut donner l’auteur, la date, le titre, etc., remis dans son contexte. Cela constitue une première petite partie avant de passer à l’analyse à proprement parler.

 

B. Analyse

L’analyse à proprement parler est en général en deux parties, tirées du sujet. Une bonne analyse doit se baser sur les connaissances mais en partant toujours du texte. On explique le texte ou le document iconographique à partir de ses connaissances. Cela veut dire qu’il faut citer des passages du texte, et expliquer avec ses connaissances. Attention à ne pas faire de paraphrase en répétant les éléments du document sans y apporter de connaissance.

 

C. Conclusion

En conclusion, il faut faire une petite phrase bilan et éventuellement une ouverture au sujet.

 

Conclusion : Attention, il s’agit d’un exercice d’analyse. Cela veut dire qu’il ne faut pas se servir uniquement de ces connaissances mais aussi des éléments du ou des document(s) en question. On sait que l’exercice est réussi s’il est intelligible pour quelqu’un qui ne l’a pas lu, ou si il est compréhensible par quelqu’un qui ne connaît rien au sujet.