Cours Outils d'analyse du genre argumentatif
Exercice

L'énoncé

Pierre Bayle (1647-1706), De la tolérance. Commentaire philosophique

Précurseur avec Fontenelle de l’esprit des Lumières, Bayle s’attache à dénoncer la superstition et à réclamer la liberté de conscience. En conju- guant une grande érudition et des commentaires souvent ironiques, il a établi une méthode et un style dont les Encyclopédistes du XVIIIe siècle se souviendront.

« Si chacun avait la tolérance que je soutiens, il y aurait la même concorde dans un État divisé en dix religions, que dans une ville où les diverses espèces d’artisans s’entresupportent mutuellement. Tout ce qu’il pour- rait y avoir, ce serait une honnête émulation à qui plus se signalerait en piété2, en bonnes mœurs, en science ; chacun se piquerait de prouver qu’elle est la plus amie de Dieu, en témoignant un plus fort attachement à la pratique des bonnes œuvres ; elles se piqueraient même de plus d’affection pour la patrie, si le souverain les protégeait toutes, et les te- naient en équilibre par son équité. Or il est manifeste qu’une si belle émulation serait cause d’une infinité de biens ; et par conséquent la to- lérance est la chose du monde la plus propre à ramener le siècle d’or, et à faire un concert et une harmonie, de plusieurs voix et instruments de différents tons et notes, aussi agréables pour le moins que l’uniformité d’une seule voix. Qu’est-ce donc qui empêche ce beau concert formé de voix et de tons si différents l’un de l’autre ? C’est que l’une des deux reli- gions veut exercer une tyrannie cruelle sur les esprits et forcer les autres à lui sacrifier leur conscience ; c’est que les rois fomentent cette injuste partialité, et livrent le bras séculier aux désirs furieux et tumultueux d’une populace de moines et de clercs : en un mot tout le désordre vient non pas de la tolérance, mais de la non-tolérance »


Question 1

Analyser cet extrait en expliquant si l'auteur cherche à « persuader » ou à « convaincre ». Expliquer votre choix en analysant le style et la composition de l’extrait.

Le texte de Pierre Bayle appartient davantage au « convaincre ». Ainsi, l’auteur commence par poser sa thèse : « si chacun avait la tolérance que je soutiens, il y aurait la même concorde dans un Etat divisé en dix religions, que dans une ville où les diverses espèces d’artisans s’entresupportent mutuellement ». Il affirme que la tolérance est la condition de l’harmonie sociale, et non au contraire cause de désordre.

Ensuite il expose différents arguments : « honnête émulation » entre les religions, « affection pour la patrie » qu’elles auraient, avant de reprendre sa thèse : « la tolérance est la chose du monde la plus propre à ramener le siècle d’or ».

Puis il rappelle ce qui s’oppose à l’accomplissement de son souhait : « c’est que l’une des deux religions veut exercer une tyrannie cruelle sur les esprits et forcer les autres à lui sacrifier leur conscience; c’est que les rois fomentent cette injuste partialité, et livrent le bras séculier aux désirs furieux et tumultueux d’une populace de moines et de clercs ».

L’auteur finit par conclure sur un dernier rappel de la valeur de la tolérance : « en un mot tout le désordre vient non pas de la tolérance, mais de la non tolérance ».

Ce texte est l’exemple d’un style rhétorique travaillé par l’auteur qui argumente en convainquant son auditoire. Il utilise des connecteurs logiques tels que « or », « par conséquent », des parallélismes « C’est que… », « C’est que… », et des questions rhétoriques « Qu’est-ce que donc qui empêche ce beau concert formé de voix et de tons si différents l’un de l’autre? ». 

Commencer par chercher la thèse de l’auteur, ses arguments puis les connecteurs logiques, parallélismes et questions rhétoriques.